294

Vous avez décroché un entretien d’embauche ou vous cherchez un emploi ? Il n’est pas toujours évident d’évoquer son handicap face à un recruteur. Peur des préjugés, d’un jugement trop hâtif, de ne pas être traité à sa juste valeur… Le contexte de recrutement n’est rassurant pour personne. Il peut être encore plus anxiogène lorsque vous êtes en situation de handicap. Talentéo vous livre aujourd’hui quelques clés pour parler de votre handicap lors du processus de recrutement, pour une prise de poste sereine et positive !

La communication est la clé !

Il est tout à fait légitime d’éprouver quelques craintes lorsque vous postulez pour un nouvel emploi et que vous êtes en situation de handicap. Néanmoins, la communication sera la clé pour que votre futur employeur comprenne réellement votre handicap.

Pour ce qui est des éventuels aménagements, sachez que les entreprises sont justement accompagnées par l’Agefiph. Ils peuvent donc être facilement mis en place.

Enfin, si vous avez peur de l’aspect « vie sociale » en entreprise, vous apprendrez très vite que vos collègues ont, eux aussi, des particularités. C’est surtout en parlant de votre handicap que vos futurs collègues vous comprendront.

Et le cadre légal ?

La loi française encadre assez précisément les conditions de recrutement d’un travailleur. Ainsi, choisir ou, au contraire, refuser un candidat selon des critères qui ne concernent pas directement le poste à pourvoir est interdit par la loi.

Le handicap, tout comme l’état de santé, la nationalité, le sexe, la situation familiale, l’orientation sexuelle et l’âge sont définis comme étant des critères subjectifs selon l’article L1132-1 du Code du travail. En accord avec ces lignes directrices, vous pouvez, selon la loi, ne pas évoquer votre handicap. En effet, il n’est pas obligatoire d’en parler, ni pendant votre candidature ni pendant l’entretien.

Pour autant, nous recommandons chaudement d’évoquer ce sujet. Pourquoi ? Tout simplement parce que la transparence est une valeur clé pour fonder une relation de confiance.

Le fait de parler clairement de votre handicap, de ce qu’il implique pour vous, et pour l’entreprise, permettra d’ouvrir le dialogue de manière directe et franche. Un avantage à la fois pour vous et pour l’employeur.

A quel moment parler de votre handicap lors d’un processus de recrutement ?

Vous avez décidé de parler ouvertement de votre handicap lors du processus de recrutement ? Oui, mais là encore, des questions peuvent entraver votre démarche. Quand parler de votre handicap ? Au moment de postuler ? Dans la lettre de motivation ? Dans un mail explicatif ? Par téléphone ? Lors de l’entretien directement ? Après avoir été sélectionné ?

Vous pouvez indiquer cela directement sur votre CV, de manière plus ou moins directe. L’avantage, c’est que cela met les cartes sur table : votre interlocuteur est tout de suite au courant. L’inconvénient, c’est que cela ne vous laisse que peu de place pour vous exprimer réellement à ce sujet : le recruteur pourrait partir d’un a priori et se baser uniquement sur cela, ce qui serait dommage. Vous pouvez également suivre les conseils de l’Agefiph sur le sujet !

Vous pouvez aussi prévenir votre interlocuteur directement après avoir été choisi, mais avant l’entretien. Ainsi, vous ne serez pas stressé que le recruteur découvre votre handicap directement en entretien. Cependant, il peut être plus facile de parler de cela directement durant l’entretien d’embauche. Le fait d’être là, en personne, permet bien souvent d’assurer une meilleure présence. Vos idées passeront de manière plus claire et vous aurez aussi plus de temps pour expliquer si nécessaire.

Une bonne préparation est nécessaire

Si vous êtes sélectionné, c’est que votre profil a interpellé le recruteur. C’est un très bon point !

Si vous êtes perdu, vous pouvez commencer par vous renseigner sur le positionnement de l’entreprise au sujet du handicap. Par exemple, certaines entreprises, comme le groupe BPCE, le groupe SII ou encore Cdiscount, ont des engagements très clairs sur le sujet.

De manière générale, vous trouverez sûrement des informations à ce sujet sur les réseaux sociaux ou dans les pages « à propos » de l’entreprise en question. Si vous ne trouvez aucune information sur le sujet, ne vous découragez pas pour autant. Cela ne veut pas dire que rien n’a été prévu pour les collaborateurs porteurs de handicap.

Enfin, posez-vous des questions pour savoir à quel moment vous serez vous-même prêt à en parler. Vous pouvez par exemple procéder un peu par élimination :

  • Votre handicap est-il visible, invisible ?
  • Aura-t-il un impact sur la manière dont va se dérouler l’entretien ?
  • Pourra-t-il impacter votre quotidien au travail, par exemple dans vos tâches quotidiennes ? Faudra-t-il aménager le poste et comment ?
  • Que gagneriez-vous à cacher votre handicap ?

Gardez en tête qu’il y a plusieurs méthodes pour évoquer votre handicap. Vous pouvez le faire à l’oral, à l’écrit, avec l’aide des ressources humaines, de la médecine du travail, ou même avec l’aide d’une association. C’est à vous de déterminer quelle méthode vous correspond le mieux.

Si vous cherchez à vous faire accompagner dans ces démarches ou dans votre recherche d’emploi, n’hésitez pas à faire appel aux dispositifs d’emploi accompagné. Pour ce faire, prenez contact avec votre MDPH, votre conseiller Pôle Emploi, Cap Emploi ou votre Mission locale.

Partenariat

Partenariat

Partenariat

Affaires sensibles

Démocratie corinthiane : foot, bière et rock’n roll

00:00
Actuellement en live
En live !

Accéder au live