346

Tandis que les projets du Défi H avancent, c’est en partenariat éditorial avec L’ADAPT que nous retrouvons l’équipe Handi-Report et son appli web pour faciliter la prise de notes.

Connaissez-vous le Défi H, à l’initiative de Sogeti et du Monde Informatique? Suite à une présélection, 7 équipes composées de 3 à 5 étudiants sont en compétition pour des projets contribuant à l’insertion professionnelle des personnes en situation de handicap. Chaque équipe travaille main dans la main avec une association qui lutte contre un handicap, et est accompagnée par un coach Sogeti. Pour les résultats, rendez-vous en mai 2014!

Les équipes sont aussi évaluées sur leur communication: parler de leur démarche sur les réseaux sociaux permet d’obtenir un bonus. Talentéo et L’ADAPT soutiennent ce projet et ont voulu contribuer à rendre visible les équipes de cette année. Après les équipes WorldMuteHandi’Light et Give Me a Hand, c’est au tour de l’équipe Handi-Report de nous présenter son appli high-tech.

Vous participez au projet Handi-Report en développant une appli web pour faciliter la prise de notes. Pouvez-vous nous parler de ce projet?

Les personnes atteintes de déficiences intellectuelles avec ou sans troubles autistiques sont sujettes à des pertes de mémoire et des focalisations d’attention sur des événements ayant perturbé leur situation émotionnelle.

Lorsque les chargés d’insertion de l’ADAPEI suivent les travailleurs handicapés, les échanges qu’ils ont peuvent de fait être biaisés par ces facteurs. En effet, faute de temps, leurs rencontres ne peuvent avoir lieu plus fréquemment que de façon hebdomadaire ou bimensuelle voire mensuelle. La perception et le suivi objectif du quotidien de travail de la personne handicapée peuvent s’en trouver difficiles et incertains. Dans certains cas, l’ADAPEI s’est trouvée face à des ruptures de contrats, sans avoir eu l’information de malaise suffisamment tôt pour prévenir ces ruptures. De plus, la famille joue un rôle prépondérant dans la situation de la personne handicapée. Il est commun que les membres d’une famille se montrent surprotecteurs. Cette attitude peut aller à l’encontre de l’indépendance du travailleur handicapé qui est un facteur souhaitable pour son insertion professionnelle.

Handi-Report cherche donc à palier ces problématiques. Pour ce faire, nous avons imaginé une application attractive pour les travailleurs atteints de déficiences intellectuelles. Cette application permettra dans un premier temps au travailleur de saisir de façon ludique son ressenti. En effet, l’application permet au travailleur de cumuler des points pour débloquer plusieurs objets via la saisie de réponses à un questionnaire pensé par l’ADAPEI. Le design et l’ergonomie de l’application se veulent adaptés aux personnes atteintes de déficiences mentales et dont les appétences peuvent différer de celles d’un public classique. L’information recueillie permettra à l’ADAPEI de travailler plus sereinement, par la suppression des biais potentiels grâce à une saisie régulière et consolidée dans des écrans de reporting centralisés. L’analyse des résultats peut également générer des alertes automatisées.

Dans le cas où un quotidien se détériore, une alerte sera adressée au chargé d’insertion de l’ADAPEI. A l’inverse, dans le cas où le quotidien ressenti ne montre pas de signe alarmiste, des messages pourront être envoyés à la famille, si l’utilisateur l’autorise, pour pérenniser l’indépendance du travailleur. Enfin, l’employeur aura un compte-rendu de l’évolution personnelle du travailleur dans sa situation professionnelle grâce aux conclusions des chargés d’insertion.

La communication facilitée par Handi-Report peut donc être vue comme un triangle dont les sommets seraient les chargés d’insertion de l’ADAPEI, la famille du travailleur handicapé et son employeur. Ce triangle sera constamment centré sur la personne atteinte de déficiences mentales, son bien-être au travail et son évolution positive vers une autonomie professionnelle.

Si vous étiez gagnants, comment souhaiteriez-vous voir évoluer le projet?

Que nous sortions gagnant ou non du Défi H, l’évolution que nous envisageons reste la même: celle d’amener notre projet le plus loin possible. Avant de nous lancer dans le Défi H, nous avions tous les 4 un point en commun: nous ne connaissions presque rien à la façon de coder! Nous commençons tout juste cette année notre spécialisation en informatique et étions plus orientés réseau auparavant. Nous avons appris à coder pour ce projet et cette idée que nous avons eue. Ce serait dommage de s’arrêter là alors que nous arrivons maintenant à dépasser les obstacles techniques pour vraiment nous concentrer sur la réalisation de notre idée de base. Nous souhaitons nous développer comme une start-up et créer d’autres applications qui viendront s’implanter dans l’application de base (gestion de budget, gestion de planning, etc.). Nous voulons faire de cette application un point de départ pour un projet de plus grosse envergure: celui de rendre utile notre projet actuel et nos réflexions passées à d’autres types de handicap. Pour continuer, nous voulons étendre le projet au niveau national en donnant aux 46 autres établissements de l’ADAPEI la possibilité de se servir de cette application de reporting, car celui-ci a pour l’instant une portée départementale.

Talentéo est un acteur du recrutement innovant. Pensez-vous que les réseaux sociaux peuvent contribuer à l’insertion professionnelle des personnes en situation de handicap?

A ce jour, les réseaux sociaux sont devenus des acteurs incontournables pour tous et toutes. Ces derniers peuvent effectivement servir de point de contact entre des professionnels et des personnes atteintes de handicap. Tout comme Viadeo et LinkedIn servent à l’heure d’aujourd’hui d’intermédiaires pour la mise en contact de recruteurs et de futur recrutés. Ils peuvent également servir de plateforme d’échange d’offres entre les personnes en situation de handicap et de communication pour « rencarder » un ami sur une offre qui vient de paraître.

Il faut, en revanche, rester vigilant à certaines pratiques discriminatoires qui s’opèrent par le biais des réseaux sociaux. De même qu’il ne faudrait pas que certains professionnels abusent de ce système pour exercer des pressions sur les employés handicapés. Nous avons nous-mêmes mené une réflexion similaire pour intégrer un module à notre application mais n’avons pour l’instant pas encore trouvé la bonne manière de la créer pour éviter toute pression sur les personnes atteintes de déficiences intellectuelles. Dans le doute nous avons laissé le module en suspend mais nous n’avons pas dit notre dernier mot, on sent qu’il y’a encore plus à faire sur la gestion de l’information professionnelle à destination des personnes en situation de handicap…

Merci à Raphaël Bancal, Florian Vergnole, Florian Laburthe et Arthur Lambert pour leurs réponses.

Photo de l'équipe Handi-Report du Défi H

Retrouvez l’équipe Handi-Report sur Facebook et Twitter.

Que pensez-vous du projet Handi-Report? 

Partenariat

Partenariat

Affaires sensibles

Démocratie corinthiane : foot, bière et rock’n roll

00:00