24

L’âge fait partie des facteurs de discrimination à l’embauche mais un écart de perception significatif existe. Alors que 90% des seniors pensent que l’âge est un critère de sélection, 64% des recruteurs affirment l’inverse. Ne parlons plus de seniors, parlons de professionnels expérimentés. Comment maximiser ses chances de retrouver un emploi lorsque l’on a plus de 15, 20 ans d’expérience? Notre partenaire Page Personnel nous en dit plus!

Donnez un coup de jeune à votre CV

Aujourd’hui, le dépôt de candidature se fait le plus souvent en ligne, directement en remplissant un formulaire, en envoyant son CV au format Word ou PDF ou par l’intermédiaire d’un profil dûment complété sur les réseaux sociaux professionnels.
Il est donc important d’être au fait et de maîtriser les outils informatiques de base et de suivre la tendance: dynamiser par exemple votre CV en y ajoutant des liens interactifs vers vos publications, vos profils LinkedIn ou Viadeo, votre blog ou tout autre élément pertinent, qui permettra au recruteur de voir plus loin que le cadre de votre CV.

Oubliez les détails trop personnels

Les recruteurs doivent faire preuve d’objectivité, évitez dans la mesure du possible les détails qui pourraient biaiser leur jugement (statut marital, orientations politiques ou religieuses, date de naissance, …).

Bien sûr, tout recruteur ou employeur qui souhaitera connaître votre âge n’aura qu’à remonter votre parcours professionnel pour l’évaluer, à peu près. Laissez-lui le soin de faire ce chemin. Votre âge ne sera alors plus un frein mais la traduction de votre expérience.

Ne soyez pas exhaustif dans la présentation de votre parcours

Lorsque l’on travaille depuis plus de 15 ans, inutile de remonter trop loin en arrière dans le CV. Oubliez le diplôme d’horticulture obtenu il y a près de 37 ans alors que vous étiez encore indécis quant à vos choix de carrière ou encore les premières expériences professionnelles qui ne vous ont que peu apporté.
Concentrez-vous plutôt sur vos expériences significatives, sur les plus récentes, et sur les missions et compétences qui font le plus de lien avec le poste que vous convoitez.

Votre année de diplôme trahit votre âge? Il n’est pas toujours nécessaire de faire apparaître le diplôme obtenu de nombreuses années en arrière. Si vous avez suivi des formations professionnelles depuis, qui mettent plus en avant des compétences requises pour le poste que vous visez, insistez plutôt sur celles-ci.
Vous avez suivi un cursus de langue et maîtrisez l’anglais? Faites apparaître vos attestations. Vous avez obtenu des validations d’acquis ou êtes détenteur d’une certification pour l’utilisation d’un outil spécifique? Idem. Montrez que vous êtes « employable » car à jour sur le plan des compétences aujourd’hui recherchées.

Ne vous restreignez pas aux CDI

Le marché du travail a évolué. Aujourd’hui, les missions longues d’intérim spécialisé sont un mode de travail très répandu, qui ne rime plus avec précarité. De même, des contrats courts peuvent être des portes d’entrée vers de l’emploi durable. Pour les plus expérimentés, de nombreuses solutions existent également: devenir consultant, coach ou mentor, rejoindre le milieu associatif, etc. Ne négligez aucune voie!

De même, s’il peut être tentant de limiter ses recherches à une industrie ou un secteur dans lequel on a déjà évolué et accumulé de l’expérience, il est dommage de se priver de bien plus d’opportunités: même si cela ne fait pas encore tout à fait partie de la culture française, la majorité des compétences sont en réalité transférables d’un secteur à un autre alors… Ne vous fermez aucune porte, tentez!

Tenez-vous informé

Nous l’évoquions plus haut, pour rester au top de l’employabilité, il faut rester à la page niveau compétences professionnelles. Renseignez-vous sur les attentes des entreprises dans votre secteur ou sur votre métier, suivez les évolutions de votre spécialité. Pour ce faire, effectuez une veille: aujourd’hui, rien de plus simple grâce à Internet, toute l’information se trouve à portée de clics!

De même si vous souhaitez en apprendre plus sur l’utilisation d’Excel, de PowerPoint ou même sur le HTML5! Par ailleurs, de nombreuses formations sont aujourd’hui disponibles gratuitement en ligne: connaissez-vous les MOOCs? Il en existe sur absolument tous les sujets et c’est une mine d’or!

Dernier point: restez positif!

C’est essentiel, malgré les éventuelles frustrations. Mettez en avant votre volonté de continuer d’apprendre, de faire avancer l’entreprise que vous intégrerez, de vous développer. Montrez-vous ouvert!

Et vous, quels conseils donneriez-vous? Échangez sur les réseaux sociaux!

Partenariat

Partenariat

Affaires sensibles

Démocratie corinthiane : foot, bière et rock’n roll

00:00