En savoir plus sur Talentéo
17MAI 16

Handicap: Portrait de Stéphane Prost, chercheur au CEA!

L’équipe de Talentéo est partie à la rencontre de Stéphane Prost, chercheur au sein du Commissariat à l’Énergie Atomique (CEA) et à l’origine d’une belle découverte. Il nous parle de son parcours et de la conciliation entre son handicap et sa vie professionnelle! Portrait.

Pouvez-vous vous présenter ainsi que votre parcours ?

Handicap: Portrait de Stéphane Prost, chercheur au CEA!Mon parcours a débuté en tant qu’infirmier, un métier que j’ai exercé jusqu’à un accident de moto qui m’a laissé paraplégique. Ne pouvant plus exercer ma profession, j’ai dû trouver une voie de reconversion. J’ai alors entrepris de décrocher un DELAM (Diplôme d’Etat de Technicien de Laboratoire) qui m’a permis de travailler d’abord au CEA de Saclay, puis au CEA de l’hôpital Saint-Louis.

Les techniques de laboratoires se robotisant petit à petit, je ne me sentais plus en phase avec mon métier. J’ai alors suivi les cours du CNAM (Conservatoire National des Arts et Métiers) pour devenir ingénieur-chercheur. Par la suite j’ai rejoint le CEA de Fontenay-aux-Roses avec pour domaines d’expertise l’hématologie et le VIH. J’ai finalement passé un doctorat et j’ai pu prendre en charge une équipe de recherche.

Dans ma seconde vie professionnelle, le CEA m’a laissé beaucoup de marge de manœuvre et j’ai eu la chance de pouvoir m’impliquer dans ce que je fais pour évoluer. Ma précédente expérience en tant qu’infirmier m’a permis de m’orienter vers des recherches ayant des impacts directs sur la santé. Je travaille d’ailleurs sur de nombreux projets en collaboration avec des cliniciens.

Vous êtes principalement basé au sein du centre CEA de Fontenay-aux-Roses. Pouvez-vous en dire plus sur cette structure ?

Contrairement aux idées reçues, le CEA développe de nombreux axes de recherche qui n’ont pas forcément un lien direct avec le nucléaire. L’étendue des projets englobe notamment les recherches sur le cancer, la neurologie ou les maladies infectieuses.A Fontenay-aux-Roses est basée une filière minoritaire du CEA: les sciences du vivant. Dans cette section travaillent majoritairement des biologistes dont je fais partie.

Je travaille sur le processus amenant à la fabrication des cellules sanguines, l’hématopoïèse. C’est un phénomène continu et très finement régulé, un individu détruit et produit par exemple 2 millions de globules rouges par seconde. Si cet équilibre n’est pas maintenu et que l’un des types cellulaires qui compose le sang est produit en excès, cela provoquera une leucémie.

Je tente de comprendre les mécanismes provoquant cette dérégulation afin de trouver des thérapies.

Vous avez été récemment médiatisé à l’occasion d’une belle découverte, pouvez-vous nous en dire plus ?

Mon équipe et moi avons essayé de comprendre pourquoi le VIH provoque une chute des globules rouges et des plaquettes alors que le virus ne s’attaque normalement qu’aune fraction  des globules blancs, les lymphocytes T. Nous avons découvert qu’une protéine produite par le virus est capable de freiner la production des cellules du  sang.

Dans beaucoup de leucémies la problématique est inverse: il y a une production trop importante de cellules sanguines. Nous avons donc transposé le mécanisme découvert lors de l’étude sur le le VIH pour l’utiliser a des fins thérapeutique dans le cadre de la leucémie. Pour cela, nous nous sommes servis de la molécule pioglitazone, utilisée dans le traitement du diabète de type 2 et dont la cible est identique à celle de la protéine produite par le VIH.

Aujourd’hui nous continuons nos recherches pour essayer d’étendre ce procédé à d’autres types de cancer..

Handicap: Portrait de Stéphane Prost, chercheur au CEA!Des globules rouges.

Votre handicap a-t-il déjà un frein pour votre évolution professionnelle ?

J’ai eu la chance que ce ne soit pas un frein, du moins que cela n’ait jamais été rédhibitoire. J’ai connu des difficultés pour accéder à l’université ou au CNAM mais pas au CEA. Nous travaillons dans des laboratoires accessibles malgré leur forte sécurisation. Le chef d’installation ne m’a jamais dit « tu ne pourras jamais exercer dans un laboratoire de haute sécurité à cause de ton handicap »: nous avons cherché des solutions.

Des fauteuils uniquement utilisables dans le laboratoire sont mis à ma disposition. J’effectue chaque jour des transferts afin de respecter l’ensemble des procédures de sécurité..

Quel conseil souhaitez-vous donner à nos lecteurs en situation de handicap?

Soyez persévérants! N’hésitez pas à aller au contact des personnes déjà en poste ou qui ont déjà eu à effectuer ce type de démarches. Les choses se font même si cela peut être un peu long. Il est important de s’appuyer sur ce qui est déjà fait pour pouvoir avancer.

C’est à vous! Réagissez, posez vos questions à Stéphane Prost ou parlez-nous de votre parcours professionnel. La parole est à vous dans les commentaires.

Vous souhaitez rejoindre le CEA? Postulez directement par le biais de ce formulaire de contact:

(prenom) (nom)

 

© 2016 Talentéo. Toute reproduction interdite sans l’autorisation de l’auteur.

A lire également:

Mots clés: , ,

Poster un commentaire


*

Commentaires (1)

avatar

Olivier

17 mai 2016 - 18 h 45 min

« J’ai connu des difficultés pour accéder à l’université ou au CNAM mais pas au CEA. »
Cela est vrai depuis la maternelle, l’Education Nationale n’inclue que très peu de personnes avec handicap.

Retour en haut de page

Les incontournables