181

Aujourd’hui se déroule la journée mondiale de la trisomie 21. Son objectif ? Sensibiliser et informer sur une différence qui est encore entouré de préjugés. Toutefois, la représentation de celui-ci tend à s’améliorer. Et la volonté d’inclure davantage les individus qui en sont atteints dans le monde du travail est bien présente. Dans cette optique, Talentéo vous propose de découvrir des personnes et initiatives travaillant dans la mode !

La trisomie 21 en quelques mots

Également connue sous le nom de syndrome de Down, la trisomie 21 est une anomalie chromosomique congénitale. Rappelons qu’il ne s’agit pas d’une maladie. Ce handicap n’est pas si rare, puisqu’on estime entre 50 000 et 60 000 personnes touchées en France et 8 millions dans le monde.

Un des préjugés les plus tenaces est lié à ce qui pourrait être associé à la dépendance de ces personnes. L’idée de devoir être attentif en permanence, ainsi que les craintes liées à un manque d’autonomie ont fait leurs chemins…

Toutefois, les faits tendent vers l’inverse. De plus en plus de personnes atteintes de trisomie 21 recherchent et trouvent du travail. Que ce soit en milieu ordinaire, mais pas seulement. Créer une relation de confiance se fait des deux côtés, et accorder plus de crédits au travail et aux capacités de ces personnes se révèle souvent être un pari gagnant.

Au final, le travail semble plus devoir être fait du côté des personnes qui travaillent à leurs côtés. Afin de sortir de la méconnaissance autour de ce handicap et de briser les représentations qui y sont associées.

Sensibiliser la mode au handicap

Si nombre d’enseignes ont abordé la diversité lors de leurs campagnes, encore trop peu ont épousé l’idée au point d’inclure les personnes en situation de handicap. Pour une industrie qui repose autant sur la représentation, cela parait difficile à croire, mais reste encore d’actualité. La mode traine en effet la réputation d’être enfermée dans des codes et de n’être pas vraiment un exemple d’ouverture. Ainsi, les personnes atteintes de handicaps n’étaient pas ou peu représentées jusqu’à une période très récente.

Néanmoins, une amélioration semble poindre depuis quelques années. En effet, des portes se sont ouvertes pour présenter des mannequins atteints de handicaps. Dont des personnes atteintes de trisomie 21. Bien que ceux-ci soient encore trop peu nombreux, leurs présences sont déjà un pas dans la bonne direction. S’il existait déjà une volonté de devenir mannequins pour certaines personnes atteintes de ce handicap, voir des visages associés aux grandes marques permettra encore plus de créer des vocations. A terme, elle favorisera davantage des politiques d’emploi plus inclusives. Des entreprises comme Mark & Spencer avaient inclus un petit garçon trisomique dans une campagne, en 2012. Plus récemment, Zalando faisait également poser une mannequin concernée par le syndrome de Down pour sa campagne : « Défendre l’inclusion. »

Madeline Stuart

Madeline est en quelque sorte la pionnière du genre. Elle est la première mannequin professionnelle atteinte de trisomie 21. Née en Australie, elle s’est prise de passion pour la mode après avoir assisté à un défilé de mode. Sa volonté lui a finalement permis de rejoindre la Fashion Week à New York.

À partir de là, son investissement la pousse toujours plus en avant. Elle a créée sa propre ligne de vêtements, 21 reasons why. Madeline est également reconnue pour son engagement. Elle œuvre en effet à la sensibilisation et l’amélioration de la reconnaissance des personnes atteintes par la trisomie 21. Travail qui lui a permis d’être récompensé en 2018 du Quincy Jones Exceptional Advocacy Award from Global Down Syndrome.

Ellie Goldstein

Révélée lors de la campagne Gucci en 2020, la jeune femme a toujours souhaité devenir mannequin. Attirer le regard et être en pleine lumière. Voilà quels semblent avoir été les mots d’ordre d’Ellie. Commençant par des cours de danse et de théâtre, elle va par la suite rejoindre l’agence de mannequins Zebedee management. L’agence britannique est par ailleurs connue pour proposer un casting inclusif et divers. Avec, entre autres, des mannequins en situation de handicap. Sa volonté d’améliorer la représentation lui a permis d’être une des voix de la campagne « Unconventional Beauty ». Un moyen pour elle de modifier la vision du handicap au sein de l’industrie.

Sofia Jirau

Originaire de Porto Rico, Sofia est le premier ange de Victoria Secret atteinte de trisomie 21. Elle prend également part à l’initiative « Love Cloud », dans laquelle l’entreprise a fait appel à un casting souhaitant représenter plus de femmes. Cette initiative plus inclusive, elle est également créatrice et possède sa propre ligne de produits en ligne, Alavett, pour « I love it ».

Dimitri Painçon

C’est en découvrant Madeline Stuart que Dimitri prend sa décision : il sera mannequin. Passionnée de vêtement depuis son enfance, sa démarche n’étonne pas les membres de sa famille, qui décident de le soutenir dans son projet. Il crée sa page facebook et instagram et son propre site internet en ce sens. Il est par la suite contacté par plusieurs grandes marques, comme Pipolaki, pour des collaborations. Dimitri a également défilé pour Handifashion, un défilé qui revendique la mode pour toutes et tous.

Vous avez entendu parler de ces personnes et souhaitez partager vos impressions ? Rendez-vous sur les réseaux sociaux !

 

Partenariat

Partenariat

Affaires sensibles

Démocratie corinthiane : foot, bière et rock’n roll

00:00
Actuellement en live
En live !

Accéder au live