185

Le 24 mars dernier, nous apprenions le report officiel des Jeux Olympiques et Paralympiques de Tokyo, au plus tard à l’été 2021. Si le report des Jeux Olympiques a largement été relayé par les médias, c’est beaucoup moins le cas des Jeux Paralympiques. Talentéo donne la parole aux athlètes concernés pour connaître leur ressenti et continuer à rendre visible cet événement ! 

Dans ce premier épisode, Talentéo est parti à la rencontre de Romain Romallingom, spécialiste du tirAlice Métais, membre du Pôle Espoirs Athlétisme Handisport et Angelina Lanza, spécialiste du sprint et du saut en longueur, multiple médaillée aux derniers championnats d’Europe.

Comment et quand avez-vous appris le report des Jeux Paralympiques  ?

Romain : Lorsque j’ai appris le report des Jeux paralympiques, j’étais au travail, en pleine réunion. Ma mère m’a envoyé un article déclarant que les jeux étaient officiellement reportés. Cela a été à la fois un choc, étant donné toute la préparation qui avait été mise en place pour cette année, mais aussi un soulagement vu le contexte actuel. La santé de tous passe avant tout.

Alice :  J’ai appris le rapport des Jeux à la télé quand cela a été officiellement annoncé au journal. Je pense que c’est la bonne décision, il faut privilégier la santé. Une fois cette étape passée, la fête n’en sera que plus belle.

Angelina : Je l’ai appris le 24 mars via Tokyo2020 et le CIO (Comité International Olympique).

Quel est impact sur votre préparation et votre calendrier ?

Romain : ce report puis ce confinement ont évidemment un impact sur la préparation et la façon d’appréhender les choses. J’arrive néanmoins à continuer ma préparation physique et mentale à domicile, ainsi que les entrainements liés au tir de façon revisitée pour garder les automatismes. Sur le calendrier, l’impact est énorme : deux Coupes du Monde, un Championnat d’Europe et les Jeux reportés, quasiment tous prévus pour 2021.

Alice : Tout le calendrier a été modifié. Toutes les compétitions sont soit reportées soit annulées. Les échéances importantes et principales ne sont donc plus au goût du jour. Il est clair que la préparation et le programme d’entrainement ont changé. Dans mon cas, je fais en sorte de garder un maximum ma condition physique malgré tout afin de repartir à fond dès le déconfinement.

Angelina : Il va falloir refaire toute la planification en prenant en compte les différentes compétitions qui seront mises en place, les critères de sélection et d’autres paramètres.

Comment avez-vous adapté votre préparation avec le confinement ?

Romain : Avec le confinement, on trouve des solutions. En effet, je fais beaucoup de préparation physique mêlant Cross-Fit, renforcement musculaire en Poids de Corps, exercices de visualisation et d’imagerie mentale pour la préparation mentale, et des exercices liés au tir, appelés Tir à Sec, sans départ de coups, pour travailler la technique, la gestuelle, la routine de tir.

Alice : J’ai fais comme j’ai pu, ce n’est pas toujours facile, il faut être créatif. Je continue de faire toutes mes séances de préparation physique en les adaptant avec les objets du quotidien pour remplacer le matériel habituel (poids, altères, ) ou des exercices qui ne demandent aucun matériel. J’ai aussi un home-trainer sur lequel je fais toutes mes séances de cardio. Pour les séances d’athlétisme spécifiques, je m’adapte.

Angelina : Je fais des séances à la maison, j’ai du matériel de musculation grâce au club. Je fais de la course en bas de chez moi (en respectant le temps de sortie autorisé) mais je ne peux pas faire les séances techniques (longueur dans le sautoir, starting blocks, technique course). On se concentre donc sur la vitesse courte et longue.

Un mot ou un conseil pour cette période ?

Romain : Cette période n’est que temporaire. Il faut en profiter pour prendre des nouvelles de ceux qu’on aime, continuer à se tenir en forme, et en profiter pour faire une introspection. Il faut savoir mettre à profit le jour présent (« carpe diem »).

Alice : Je dirais qu’il faut essayer de rester fort et de profiter de cette situation. Personnellement, j’essaie de faire les choses que je ne prend pas le temps de faire habituellement et c’est très agréable. C’est une bonne façon de garder le moral. Courage à tous !

Angelina : Tout d’abord merci à ceux qui œuvrent au quotidien pour lutter contre cette pandémie. J’aimerais aussi qu’en cette période, les gens prennent soin d’eux, physiquement et mentalement. Faites une activité physique, du yoga, de la sophrologie, de la cuisine, profitez de vos proches. Découvrez de nouvelles passions ou remettez-vous à d’anciens loisirs. C’est une période particulière, essayons d’en tirer des choses positives pour garder le moral.

I have a dream : C’est quoi votre rêve pour 2021 ?

Romain : J’ai plusieurs rêves ! Celui de participer aux Jeux Paralympiques, de remporter (au moins) une médaille. D’être à nouveau sélectionné par le Comité des Jeux 2020 pour être Porteur de la Flamme Olympique. Et sur le plan personnel, grandir et partager.

Alice : Mon rêve pour 2021 est déjà de me sélectionner à mes premiers jeux paralympiques et d’en profiter à 100 %.

Angelina : Les Jeux évidemment !

Comment vous suivre et vous soutenir ?

Romain : J’ai un profil Facebook très centré sur le sport et le tir. Je fais en sorte de mettre à jour les informations disponibles, notamment concernant les échéances nationales et internationales, pour tenir informés tous ceux intéressés.

Alice : Pour me suivre, c’est simple, je suis beaucoup sur les réseaux sociaux Instagram et Facebook . J’essaie d’être active et de partager un maximum ce que je fais.

Angelina : Vous pouvez me suivre sur Instagram, Twitter et Facebook et laissez un petit mot ☺️

Merci aux trois athlètes d’avoir répondu à nos questions ! Nous vous donnons rendez-vous prochainement pour un nouvel épisode. Continuez à rendre visibles les Jeux Paralympiques en partageant cet article !  

Partenariat

Partenariat

Partenariat

Affaires sensibles

Démocratie corinthiane : foot, bière et rock’n roll

00:00
Actuellement en live
En live !

Accéder au live