288

En partenariat avec

Fidèle à sa politique favorable au handicap, le CEA/Grenoble n’a pas hésité à recruter un jeune thésard trétraplégique. Malgré des aléas de santé, Erwan Tardy poursuit ses travaux grâce aux aménagements et à l’accompagnement efficaces du CEA. 

Focus sur une intégration réussie !

Ingénieur, Erwan Tardy poursuivait son cursus étudiant au Brésil lorsqu’un accident interrompit son parcours. Après un long séjour en clinique, le jeune Drômois intégrait l’ENSE3 à Grenoble, « une ville particulièrement adaptée aux personnes en fauteuil et bien pourvue en structures médicales ». Son diplôme d’ingénieur en poche, Erwan Tardy se mit en quête d’un travail en septembre 2017. « Je cherchais aussi une thèse », précise-t-il. « Alors j’ai envoyé plusieurs CV. Lorsque j’étais en foyer sur le campus, j’étais en contact avec le Service accueil handicap qui connaît plusieurs entreprises et services de recrutement pour les personnes handicapées. Ils m’ont dit d’adresser un CV à Sandrine Ligones, au CEA/Grenoble. »

La référente emploi au sein de la Mission Handicap a ainsi reçu la candidature du jeune ingénieur puis l’a convoqué en entretien avant de transmettre son dossier à plusieurs managers. « J’ai alors été contacté par deux personnes qui sont devenues ensuite des collègues », poursuit Erwan Tardy. « Ma candidature tombait pile au bon moment ! » En effet, le doctorant qu’avait recruté l’équipe de recherche venait de se désister, laissant la place vacante.

Le sujet lié aux piles à combustible m’intéressait car j’avais déjà travaillé sur ce thème et sur les écoulements dyphasiques au cours de mon stage d’ingénieur. Tout a bien collé. J’ai donc bouclé mon dossier en quelques jours pour que les demandes soient rapidement envoyées.

Tétraplégique, Erwan Tardy ne pouvait passer sous silence son handicap, mais ce dernier n’a jamais été considéré comme un obstacle à son recrutement.

Nous avons surtout parlé du sujet de la thèse et peu de mon handicap lors de l’entretien initial. Lorsque mon recrutement a été officiel, j’ai rencontré le médecin du travail. Nous avons convenu d’un temps partiel, à hauteur de 80 %, avec deux jours sur le site du CEA/Grenoble et deux jours à mon domicile », précise le thésard. Au bout d’un an, un bilan aurait dû être réalisé afin d’envisager un passage à temps plein. Malheureusement, des problèmes de santé ont contraint Erwan Tardy à travailler de son domicile pendant plusieurs mois au cours de l’année 2018. « Un ergonome est venu chez moi pour l’installation de mon poste de travail en position couchée. J’avais déjà du matériel pour travailler alité, mais le CEA m’a néanmoins prêté un ordinateur équipé d’outils spécifiques : un logiciel de reconnaissance vocale et un système de casque Bluetooth qui me permet de faire bouger la souris sur l’écran

Des aménagements sur-mesure !

Dans les locaux du CEA/Grenoble, Erwan Tardy dispose d’un bureau adapté à son handicap : vaste, il se situe au rez-de-chaussée afin de respecter les normes de sécurité en cas d’évacuation. Un système d’ouverture automatique de la porte d’entrée dans le bâtiment a également été mis en place afin de rendre le thésard autonome.

Une société de transport, financée par le CEA/Grenoble, vient me chercher à mon domicile et m’emmène jusqu’à mon bureau. C’est vraiment très pratique », ajoute Erwan Tardy qui peut solliciter à tout moment la Mission Handicap, mais aussi l’ingénieur sécurité et l’ensemble de ses collègues « qui sont toujours prêts à m’aider.

Régulièrement suivi par le médecin du travail, le doctorant peut mener ses recherches de manière satisfaisante, non seulement grâce aux moyens développés par le CEA/Grenoble pour favoriser l’intégration des salariés en situation de handicap, mais aussi grâce aux technologies de communication qui accroissent son autonomie.

Que pensez-vous de ce témoignage ? N’hésitez-pas à venir nous en parler sur les réseaux sociaux ! 

Vous aussi rejoignez le CEA/Grenoble :

Rejoindre le CEA/Grenoble !

Affaires sensibles

Démocratie corinthiane : foot, bière et rock’n roll

00:00