185

Aujourd’hui, Talentéo part à la rencontre de Sandrine Barde. Membre de l’équipe de France de volley assis, elle nous en dit plus sur sa discipline et son quotidien de sportive de haut niveau.

Bonjour Sandrine, pouvez-vous vous présenter ?

Je m’appelle Sandrine Barde, j’ai 39 ans et je suis mère de deux enfants. Cela fait maintenant 4 ans et demi que j’ai une sclérose en plaques. Aujourd’hui, je fais partie de l’équipe de France de volley assis.

Avant d’entrer dans cette équipe, j’ai essayé plusieurs sports comme le judo, le hand ou encore le softball. Un jour je suis tombée par hasard sur le programme « La relève », lancé par le Comité Paralympique et Sportif Français (CPSF). Très vite, j’ai pu effectuer des tests au CREPS de Vichy. En parallèle, je me suis inscrite dans un club volley assis, l’ASUL Lyon Volley.

Lors de mes tests, j’ai été repérée par la Fédération Française de Volley Assis qui m’a contactée pour m’annoncer que j’étais sélectionnée en équipe de France ! Aujourd’hui, nous sommes en route pour les Jeux paralympiques de 2024  !

Sandrine Barde / ©Fédération Française de Volley Assis

Pouvez-vous nous parler de votre maladie ? Comment se traduit-elle dans votre quotidien sportif ?

La sclérose en plaques se traduit par des difficultés dans les membres inférieurs. Actuellement, j’ai la chance de pouvoir travailler mon cardio grâce au ski de fond. Lorsque les beaux jours reviendront, je passerai au vélo afin d’entretenir une bonne condition physique. Par ailleurs, nous sommes accompagnées par un médecin et une kinésithérapeute avec un suivi à chaque entraînement.

L’énergie positive que dégage l’équipe permet une bonne motivation et une envie de donner toujours plus. La solidarité qui est née avec les différents handicaps de notre groupe est vraiment enrichissante. On s’épaule et on se conseille parfois sur des gestes de bien-être, des étirements ou encore sur des huiles à base d’arnica ! (rires)

Qu’est-ce qui vous a amené à choisir le volley assis ?

Étant donné que je ne peux ni courir ni marcher longtemps, mais que le haut de mon corps est opérationnel, je trouvais le volley assis très intéressant. Cette discipline regroupe une gestuelle que j’ai toujours appréciée. Enfin, j’adore le sport collectif et j’étais déjà une adepte des jeux de ballons !

Appartenir à une équipe est quelque chose de passionnant. Être au sol en volley assis offre une nouvelle perspective à la discipline et met tout le monde au même niveau ! Les amitiés créées dans le groupe sont très importantes pour moi. Nous restons toujours en contact, même à l’autre bout de la France.

Existe-t-il des difficultés particulières liées à ce sport ?

La chose la plus difficile est d’accepter son corps. Une fois que l’on arrive à visualiser son handicap, on parvient à s’adapter et à changer les contraintes en forces. En volley assis, on se façonne autrement. En effet, on vient gainer et travailler le haut du corps.

Au sein de l’équipe, chacune est concernée par un handicap spécifique. Grâce à ces différences, il existe une vraie cohésion positive. Il y a beaucoup d’entraide, de tolérance et de bienveillance dans notre team. Les jugements sont proscrits et chacun gère ses besoins.

Le volley assis vous aide-t-il au quotidien avec votre handicap ?

Oui, il est très aidant face à mon handicap. La sclérose en plaques développe une fatigue bien spécifique. Le sport me permet de créer une énergie différente, qui m’offre la possibilité de bien dormir le soir. (rires)

À côté de ça, c’est un lien social qui fait beaucoup de bien au moral. Cela vient entretenir mon corps, mon esprit et mes interactions humaines. Que du positif !

Quels conseils donneriez-vous à nos lecteurs concernés par la sclérose en plaques ?

Le sport est un élément extrêmement positif dans ma vie. Je préconiserais toujours une activité physique ! Néanmoins, je recommande aussi de s’écouter et de savoir se laisser aller lorsque c’est nécessaire. Ralentir certains jours est parfois primordial pour le corps et le mental.

Un dernier mot pour finir ?

Notre cri de guerre : les pionnières ! Car nous sommes la première équipe de France féminine de Volley Assis et très fières de porter nos maillots !

Vous souhaitez en savoir plus ? Rendez-vous sur la page Facebook de Sandrine Barde et sur le site internet de son équipe ainsi que leur page Facebook ! 

Partenariat

Partenariat

Partenariat

Affaires sensibles

Démocratie corinthiane : foot, bière et rock’n roll

00:00
Actuellement en live
En live !

Accéder au live