130

2020 résonne comme l’année de l’adaptation. Une année qui fête aussi les 211 ans de la création de Louis Braille. Cependant, en 2019, seulement 8 % des livres étaient édités pour les personnes aveugles ou malvoyantes. Les solutions sont pourtant nombreuses, mais parfois difficiles à mettre en œuvre. Après une année particulière, Talentéo fait le point sur les livres adaptés et les dernières innovations facilitant la lecture.

Des ouvrages plus inclusifs

L’accès à la lecture pour les personnes aveugles ou malvoyantes est un objectif que de nombreux acteurs souhaitent atteindre. Ainsi, un Consortium pour des livres accessibles (ABC) visant à accroître la production d’ouvrages adaptés (braille, audio et gros caractères) a été mis en place.

Sa naissance découle de la ratification du traité de Marrakech, qui donne le droit aux organismes transcripteurs d’accéder aux catalogues engagés dans cette démarche. Cela équivaut à près de 500 000 livres.

L’ouverture de la première librairie à grands caractères

De plus en plus d’initiatives voient le jour. En effet, à Paris, la première librairie à grands caractères a ouvert ses portes. L’idée ? Offrir une accessibilité plus importante aux ouvrages adaptés et dans un maximum de registres. Située tout près du Panthéon, elle donne accès à la lecture à des personnes souffrant de maladies variées : la DMLA, la rétinite pigmentaire, le glaucome, la fatigue visuelle, mais aussi les troubles DYS.

La librairie à grands caractères aborde de nombreux thèmes. De l’actualité littéraire française et étrangère, en passant par des romans, des récits, de la littérature classique ou encore des polars, le choix est large. De quoi satisfaire plus d’un lecteur et surtout, interroger sur ces nouveaux modes de lecture ! 

La création d’un service public dédié à la lecture inclusive

La Fédération des aveugles de France travaille sans relâche pour la création d’un service public dédié aux lectures adaptées. Les universités seraient notamment touchées par cette action et pourraient ainsi apporter plus d’ouvrages à leurs étagères.

L’objectif ? Rendre accessibles ces livres tant aux personnes concernées qu’aux différents milieux afin de faire grandir l’inclusivité. Les démarches sont longues et suivent de nombreuses procédures. Avant le monde du travail, l’éducation doit suivre les dernières adaptations pour intégrer au maximum le handicap.

Quand le digital prend le relais

Le 6 novembre dernier, une proposition en faveur des personnes aveugles et malvoyantes était présentée au Forum Numérique par le représentant de la ministre de la Culture. L’objectif est de créer un portail digital sur l’édition accessible.

Les ouvrages électroniques se font remarquer par leurs capacités d’adaptations, bien plus rapides que les livres traditionnels. Néanmoins, la nécessité d’offrir plus de livres adaptés est un point que souligne la Confédération française pour la promotion sociale des aveugles et amblyopes (CFPSAA).

Avec l’accroissement du numérique, les dispositifs s’adaptent afin que les aveugles puissent eux aussi en bénéficier, par exemple pour lire. Blitab est une tablette innovante adaptée aux malvoyants. Le nom de cette tablette est une contraction des mots anglais « blind » (aveugle) et « tablet » (tablette). Ainsi, cet appareil est capable de retranscrire l’information projetée par son écran tactile dans un affichage braille. La tablette Blitab est composée d’un écran tactile ainsi que d’une matrice de 14 lignes pour afficher des documents en braille.

Le futur promet de belle avancée pour une meilleure accessibilité à la lecture pour les handicaps visuels !

Vous souhaitez nous partager votre histoire ? N’hésitez pas à nous retrouver et à nous écrire sur nos réseaux sociaux.

Partenariat

Partenariat

Partenariat

Partenariat

Partenariat

Affaires sensibles

Démocratie corinthiane : foot, bière et rock’n roll

00:00
Actuellement en live
En live !

Accéder au live