511

Voyages et handicap sont-ils incompatibles? Audrey, globe-trotteuse en situation de handicap et blogueuse nous démontre le contraire. Découvrez une initiative qui dynamise l’image du handicap!

Roulettes et Sac à dos: portrait d'une globe-trotteuse!
Bonjour Audrey, pouvez-vous nous en dire plus sur vous et « Roulettes et sac à dos »?
Bonjour Talentéo. Je suis rédactrice du blog Roulettes & sac à dos, qui a la particularité de parler de voyage en fauteuil roulant. Touchée par une maladie rare – Charcot Marie Tooth – , je me déplace principalement avec mes roulettes. Avec mon blog, je souhaite donner une image positive du handicap, loin des préjugés. Et puis, je veux surtout inciter d’autres personnes à se lancer et à oser voyager. Car oui, voyager en fauteuil roulant, c’est possible. Et ce, même pour une femme voyageant seule.

Parlez-nous un peu de vos voyages, quelles destinations avez-vous parcourues? Quels sont vos plus beaux souvenirs?

J’ai principalement voyagé en France, en Espagne, au Royaume-Uni, et dans l’ouest américain.
Quels sont mes plus beaux souvenirs? C’est l’une des questions les plus redoutées des voyageurs! Mes plus beaux souvenirs sont liés à des instants de vie, à des rencontres. En voici quelques uns en pagaille: la première fois où je suis partie voyager seule et où je me suis sentie « moi », ma rencontre avec Brian qui m’a livré sa douloureuse histoire dans un pub aux Etats-Unis, la fois où j’ai vu des baleines, et celle où j’ai navigué avec un grand skipper avant la Route du Rhum – Destination Guadeloupe…

Que pensez-vous de l’accessibilité que vous avez rencontré? Quelles ont été vos parades lorsque celle-ci manquait?

Voyager me permet de découvrir et de comparer les différences qui existent en matière d’accessibilité. Et la France ferait bien de prendre exemple chez ses voisins pour leur piquer des idées. A Londres, tous les bus sont accessibles et les trottoirs adaptés pour circuler en fauteuil roulant. A Barcelone, j’ai pu prendre le métro, seule et sans rencontrer de difficulté, chose impossible à Paris. C’est aux Etats-Unis que j’ai été la plus agréablement surprise. Le handicap est une notion qui est intégrée dans leurs mœurs. Transports, voirie, accès aux bâtiments…il ne m’a jamais été aussi simple de me déplacer.
Lorsque malgré tout, je rencontre des difficultés avec mon fauteuil, j’essaie de m’adapter et de trouver une solution. Une marche ou deux peuvent être franchies si on m’aide, et pour ça, le meilleur atout reste le sourire! Si on ose demander, les gens se font en général un plaisir de nous aider! Lorsque c’est vraiment trop compliqué, je rebrousse chemin et abandonne mon projet de départ..

Vous êtes de plus en plus sollicitée par de nombreux médias, comment vivez-vous votre vie de blogueuse?

Je ne regrette en rien d’avoir choisi de me lancer professionnellement dans le blog et les voyages. C’est un métier qui touche différents domaines: l’écriture, la photographie, le community management, le web… Il faut être pluridisciplinaire et organisé. C’est très enrichissant.
Être sollicitée par les médias, c’est une sorte de reconnaissance. Et puis surtout, cela permet de donner plus d’ampleur au message que je veux transmettre, et donner plus de visibilité au blog.

Quels sont vos projets à venir? D’autres voyages? D’autres collaborations?

En ce moment je suis reporter Téléthon pour Alessandro di Benedetto, un skipper de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe, ce qui m’amène à beaucoup me déplacer et à côtoyer le milieu de la voile que j’adore. Il y a en effet d’autres projets de voyages et de collaborations à venir. Vous en saurez plus prochainement!

Si vous aviez un message à transmettre à nos lecteurs, lequel serait-il?

Juste rappeler qu’il faut croire en ses rêves et écouter son instinct!

 

Vous souhaitez échanger avec Audrey? La parole est à vous!
Et rendez-vous sur sa page Facebook et son blog!

 

Affaires sensibles

Démocratie corinthiane : foot, bière et rock’n roll

00:00