181

Diagnostiquée autiste asperger en 2013, Coralie Adato a longtemps cherché son chemin avant de poser des mots sur ses maux. Dans un récit authentique et touchant, la jeune femme raconte son histoire dans une chronique inédite à suivre tous les vendredis sur Talentéo. 

Dans cet avant-dernier épisode, Coralie nous parle de son blog et les différentes actions auxquelles elle participe. 

Loin-des-petites-cases-je-vis

Ce site a pour sous-titre : L’Éloignée.

Son origine est une histoire d’amour ! Oui ! Quand j’ai appris que j’étais autiste, je venais de reprendre le conservatoire et j’avais des difficultés dans l’écoute musicale harmonique. J’ai tapé dans une barre de recherche « musique et autisme ». C’est ainsi que j’ai rencontré Antoine Ouellette, compositeur via son blog.

J’ai été assez étonnée de voir sa passion pour la nature – il est également biologiste – et les oiseaux ! Lorsque je l’ai lu, j’ai été comme « aspi-rée », et j’ai osé lui poser timidement ma question technique. Le jour-même il me répondait, c’était en mai 2016

Dès ce moment-là, un échange incroyable a eu lieu, jour après jour. Nous communiquions à plus de 5000 km sur nos intérêts spécifiques. Nous avons écrit des centaines et des centaines de pages ! C’était incroyable, un frère d’âme ! Mes poèmes le touchaient et selon lui, l’agencement de mes mots était révélateur de mon autisme : « Je n’ai pas de doute sur le fait que tu sois autiste, de type Asperger. Ta manière d’écrire avec des répétitions de sons est comme une poétisation de l’écholalie/palilalie typique des autistes. Le foisonnement de détails dans tes textes est tout aussi typique – les Aspis sont les autistes du langage. Bon, je ne peux pas te décerner un diplôme officiel ès autisme Asperger mais, à mon avis, tu peux vraiment poser des valises en cette matière. »

J’avais une grosse valise bien lourde, alors j’ai appris à la poser.

Il m’a proposé de devenir membre associée de son collectif Aut’Creatifs. A partir de ce moment-là, j’ai ouvert mon blog. Je ne désirais pas raconter ma vie d’autiste au travers d’un témoignage prosaique du quotidien, encore moins parler d’autisme car je ne suis absolument pas experte en la matière. Cela n’est aucunement mon intérêt spécifique.

Je souhaite partager mon monde sensible et artistique s’exprimant par la médiation de la poésie tout en y ajoutant quelques uns de mes dessins souvent avec des oiseaux. C’était une sorte de défi, soutenue par le regard positif d’Antoine qui m’apprenait aussi à considérer ma différence comme quelque chose de solide et de positif et surtout, qui serait beau à partager. Je lui donnais ma confiance en espérant que mon site pourrait aussi attirer quelques lecteurs de passage.

Antoine parle musique sur son site et moi je parle poésie. Son soutien pour moi est incommensurable. Mes derniers troubles alimentaires ont disparu. Ma plus grande joie fut la surprise de découvrir qu’il avait composé une partition sur certains de mes textes choisis retraçant mon parcours et reprenant une de mes expressions : Chants de l’autre isthme.

Cette partition pour voix de femme mezzo-soprano et piano opus 54 est disponible au Centre de musique canadienne à Montréal. Mon rêve serait de les entendre sur une scène avec des professionnels qui auront réussi à traduire avec force et sincérité ce difficile contenu. C’est en lisant mon site que l’inspiration lui est venue, peut-être que cela pourrait inspirer d’autres personnes !

Des écrits comme offrande

Mes écrits sont assez hétérogènes. Ils ne répondent pas à une forme précise, mais à un impératif de sensations, de sonorités. J’aime beaucoup les lire à haute voix. Il m’est souvent arrivé, y compris par l’entremise de mes autres blogs, que l’on m’écrive pour me dire que je devrais demander des publications, mais je ne sais pas me vendre.

Aussi, j’ai peur de cette extériorisation. J’ai peur de la difficulté qu’il y aurait à communiquer avec le monde de l’édition et de tout ce que cela implique dans la spontanéité certainement maladroite de mes écrits. Certains pourraient peut-être mériter de faire partie d’un recueil, d’autres moins. Je ne sais pas ce que cela m’apporterait, et encore moins aux autres.

J’ai commencé sous les conseils de mon « mentor » à les imprimer, à les réécrire, il y en a beaucoup, trop même … La somme d’une vie, avec ses ratures, ses rêves d’ailleurs et d’un monde meilleur plus adapté à mes élans intérieurs souvent meurtris par les cases.

Par ailleurs, certains textes publiés sur mon site ont changé de forme. Il faudrait un gros travail d’accompagnement et de sécurisation pour que mes textes voient le jour sous une autre forme que celle d’un site. En sont-ils à la hauteur ? Je reste humble, et ma joie est d’écrire et de pouvoir continuer à le faire sans pression.

La lecture de mon site ne doit pas être linéaire. Il faut picorer comme un oiseau et pas trop d’un coup. Je préfère des lecteurs modérés et légers ! Au final, ces écrits pourraient être une sorte d’offrande à qui en aurait besoin.

Le collectif Aut’creatifs : une somme de différences qui oeuvrent au bien commun

Le collectif Aut’creatifs rassemble des autistes francophones de type Kanner ou Asperger qui ont pour la plupart des compétences artistiques. Cela reste varié et ouvert à d’autres personnes (philosophes, scientifiques, metteurs en scène, musiciens, conférenciers , dessinateurs, photographes, écrivains, compositeurs …).

Le principal objectif est de s’engager individuellement ou collectivement pour une valorisation positive de l’autisme. Nous proposons également des alternatives de formulation à ce sujet pour les médias ou ceux qui en parlent pour justement lutter contre les préjugés, la stigmatisation, le rejet sous toutes ses formes. Les membres sont une sorte de « veille » sur le monde de l’autisme. Certains sont souvent en relation avec des professionnels et s’investissent pour que les regards, institutions, politiques, média soient bienveillants et « inclusifs » à l’égard des personnes autistes. 

Il n’y a pas de supériorité d’une forme d’autisme ou d’une autre, ni d’un membre sur l’autre en fonction de son statut « social ». Chacun a le droit au même respect, au même accueil, à des droits comme toute personne dans ce monde, un travail, des soins, des études, des activités sportives, culturelles, mais aussi le droit de s’exprimer sur ces sujets notamment quand cela nous concerne. Notre rôle est aussi d’être présents les uns pour les autres ponctuellement, un peu comme pourrait être le rôle d’un Groupe d’Entraide Mutuelle (GEM) ici en France, mais sans tutorat professionnel.

L’interface d’Aut’Créatifs est une fenêtre qui s’ouvre sur plusieurs vies de personnes autistes qui restent toutes indépendantes dans leurs projets et vies. Le collectif est un peu un microcosme de ce que devrait être notre société : une somme de différences qui oeuvrent au bien commun pour le bien de chacun. C’est souvent un défi.

« Notre richesse », un livre collectif pour parler d’autisme

L’an passé, il y a eu un appel à projets concernant des activités que nous pourrions mener ensemble pour communiquer sur le sujet, et cela, malgré le fait que nous n’habitions pas tous au Canada. Il a été choisi d’écrire un livre collectif. Son titre simple, Notre richesse, a pour volonté d’en illustrer le contenu, à savoir donner la parole aux membres en leur demandant de raconter la richesse de leur existence. Ces derniers racontent aussi comment leur différence leur a permis de construire positivement leur vie ou leur art et d’en faire pour chacun un peu de richesse à partager. C’est un pari. Le livre est sans but lucratif pour les auteurs. Sa vente permettra au collectif d’autres productions communes à venir.

Nous avons travaillé collectivement à sa mise en page. J’en ai été essentiellement la correctrice pour ma part. Cependant, je n’étais pas la seule. Ainsi, nous nous sommes relayés. Entre autistes nous avons du mal parfois à communiquer dans des temps et espaces impartis. Cela a été enrichissant car j’ai compris que j’étais parfois trop exigeante avec les autres aussi. Nous n’avons pas les mêmes attentes et besoins ! Certains membres ont aussi des TDAH (Trouble de Déficit d’Attention avec Hyperactivité). Chacun a son temps qui se déroule différemment, une vie organisée particulière avec, en plus, les décalages horaires.

Il faut composer avec tout le monde

Nous avons certes des richesses, mais aussi des difficultés autres, des syndromes associés. Certains ont des maladies auto-immunes, des difficultés pour rédiger, sont plus lents, moins prolixes, plus fatigués ponctuellement. Il peut arriver que quelques uns ne mettent pas autant de priorité sur ce projet car ils ont un travail ou une famille. Nous savons que nous sommes autistes et nous avons travaillé en réseau à notre manière. Finalement, nous nous connaissions assez peu.

Ce livre est donc une rencontre entre nous pour aller à la rencontre des autres ! C’est un joli médium de communication interne et externe ! Le livre est actuellement en vente en version numérique sur Amazon, mais une version papier est en cours !

A suivre …

Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le partager autour de vous ! Nous vous donnons rendez-vous la semaine prochaine pour le dernier épisode de cette chronique estivale.

Découvrez les épisodes suivants :

Partenariat

Partenariat

Partenariat

Affaires sensibles

Démocratie corinthiane : foot, bière et rock’n roll

00:00
En live !

Accéder au live