531

Nous portons un coup de projecteur sur un talent prometteur: Donwar. Ce youtubeur en situation de handicap propose des vidéos sur la thématique des jeux-vidéos. Portrait d’un talent du web!

Bonjour, pouvez-vous vous présenter ainsi que votre parcours?

Bonjour, je suis Jean-François alias Donwar, étudiant, blogueur et youtubeur spécialisé dans les jeux-vidéos quand j’ai du temps. Contrairement à mes pairs j’ai un handicap moteur depuis ma naissance: ma main gauche fonctionne mal et je m’exprime moins bien que les autres. Néanmoins je me considère comme normal, je fais des études et j’ai pas mal de projets.

Vous êtes ce qu’on appelle un « youtubeur » spécialisé dans l’univers vidéo-ludique, qu’est-ce qui vous a donné l’envie de vous lancer dans cette activité?

Un peu par hasard en fait, j’écrivais déjà des articles mais n’arrivais pas à expliquer le concept d’un jeu à l’écrit donc j’ai fait une vidéo pour le montrer.

A l’époque je regardais déjà des vidéastes mais les premiers youtubeurs n’étaient là que depuis quelques mois. J’ai voulu faire partie de cette communauté naissante et partager ma passion.

En parallèle vous êtes étudiant à Epitech Paris, est-ce une cause à effet de votre première activité? Vers quelle(s) profession(s) vous dirigez-vous?

C’est un peu à cause de mon handicap, avant je voulais être vétérinaire, métier un peu complexe pour ma situation. J’ai donc opté pour l’informatique afin d’apporter, je l’espère, un autre regard sur l’ergonomie des jeux-vidéos. J’aimerais beaucoup travailler comme ergonome chez Ubisoft ou Eidos pour adapter le gameplay de certains jeux aux handicaps moteurs.

Votre handicap a-t-il déjà été un frein à votre intégration?

Parfois oui, en primaire et au collège les enfants sont assez difficiles avec ceux qui ont des différences. Du coup je me suis moi-même mis à l’écart au lycée pour éviter les soucis. A l’inverse grâce à l’anonymat d’internet j’ai pu vraiment m’exprimer. C’est finalement avec le web que j’ai surmonté mon handicap. Je voulais rencontrer des gens importants et pour cela j’ai dû me dire « je suis comme les autres, je vais aller lui parler d’égal à égal ».

Au niveau professionnel, je ne pense pas qu’il y aura de problème. Au contraire, les entreprises recherchent des personnes en situation de handicap car elles doivent payer une taxe si elles ne respectent pas les 6%. Je pense qu’à l’âge adulte les gens sont plus prévenants vis-à-vis du handicap…

J’ai passé un an en Chine et j’y ai trouvé des personnes bien plus tolérantes qu’en France. En réalité ils s’en fichent, ne font pas de remarque, ne montrent pas de pitié et ne posent pas de questions. A l’inverse au Japon et aux Etats-Unis les personnes sont très prévenantes et font tout pour aider.

Certaines de vos vidéos sont très virales et vous avez désormais plus de 5000 abonnés sur votre chaîne YouTube, comment vivez-vous cette notoriété grandissante?

Parfois j’ai eu envie d’arrêter: entre les insultes et les gens se concentrant plus sur mon handicap que sur le contenu de mes vidéos il faut savoir faire abstraction. Malgré cela, cette expérience me permet de rencontrer plus de personnes et d’être reconnu.

C’est d’ailleurs grâce à ma chaîne (ndlr: profil d’un utilisateur de YouTube) que j’ai pu me faire de très bons amis.

Actuellement je souhaite toucher un maximum de personnes.

Quels sont vos projets à venir?

Sur YouTube je commence à parler du handicap, de mes expériences et à donner des conseils aux parents. Je pense que c’est important d’aider les familles qui ne savent pas toujours aborder le handicap de leur enfant.

J’ai pour projet la réalisation de reportages sur la façon dont le jeu-vidéo est utilisé dans les établissements spécialisés dans le handicap. Je souhaite aussi montrer la prise en compte du sujet par les développeurs. Je veux faire quelque chose de professionnel et toucher un large public. Tout cela sortira en 2016.

Avant tout je dois finir mes études – c’est ma dernière année. J’espère vraiment pouvoir aider les joueurs en situation de handicap dans mon futur métier, notamment en créant des manettes adaptées.

Quel message souhaitez-vous passer à nos lecteurs en situation de handicap?

D’en faire une force et d’en profiter: quitte à avoir un défaut toute la vie, autant en tirer parti. Cela m’a permis de m’intégrer socialement, de parler de jeux vidéo du point de vue d’une personne invalide et de trouver un peu plus facilement du travail. Cela m’a aussi donné certaines facilités lors de gros événements. En revanche ne soyez pas « assisté »: essayez de faire comme les autres même si c’est plus dur, cela vous apportera beaucoup de reconnaissance.

Vous souhaitez laisser un message à Donwar? La parole est à vous !

Affaires sensibles

Démocratie corinthiane : foot, bière et rock’n roll

00:00