371

Partenaires de longue date, Tadeo et Talenteo partagent une vision commune de l’entreprise et du handicap. Hors des sentiers battus, décryptage avec Pierre Ricard, directeur administratif et financier de Tadeo et avec Stéphane Rivière fondateur de Talenteo.

collage
A gauche:  Pierre Ricard, Directeur administratif et financier de Tadeo. A droite: Stéphane Rivière, Fondateur de Talentéo.

Quel est le point de rencontre de vos deux entreprises?

Stéphane Rivière (Talenteo): Talenteo est une jeune entreprise, une PME que j’ai créée il y a 4 ans à Grenoble. Notre travail consiste à rendre visible les démarches des entreprises qui sont innovantes dans le domaine de l’emploi et du handicap, mais aussi à partager les réussites des candidats en situation de handicap et à faire connaître toutes les initiatives positives qui existent. A l’aide de notre site internet et des réseaux sociaux, nous relayons ces talents et nous mettons les gens en contact. Notre objectif est de faire du handicap un sujet RH.

Pierre Ricard (Tadeo): Notre démarche est similaire à celle de Talenteo. Nous faisons également du handicap un sujet RH. Tadeo est un outil de communication en entreprise entre les salariés sourds et entendants. Il  permet aux personnes déficientes auditives ou sourdes de téléphoner mais aussi d’être appelées, d’assister aux réunions, de suivre une conférence, en un mot de travailler de manière autonome. L’idée est de favoriser le travail collaboratif en entreprise, de fluidifier la communication entre tous les collaborateurs et de valoriser toutes les compétences.

Faire du handicap un sujet RH, pouvez-vous préciser?

Stéphane Rivière (Talenteo): Une personne ne peut être réduite à son handicap. Je ne voulais donc pas qu’on s’appelle « Handi-truc » ou « Handi-machin ». Cela aurait été stigmatisant, cela aurait renforcé une différence qui pour moi n’est pas pertinente. Nous nous adressons à des personnes en situation de handicap, à des chargés de mission handicap, mais également à des recruteurs et à des managers qui n’ont jamais entendu parler de ce sujet. Nous décloisonnons le handicap et nous favorisons ainsi les recrutements en nous appuyant sur différents acteurs de l’entreprise. Nous valorisons les talents et les compétences. Le handicap est pour nous un sujet comme un autre.

Pierre Ricard (Tadeo): Le simple fait de traiter le sujet de la surdité comme n’importe quel sujet permet déjà de combattre le handicap dans le regard des autres. On sort du stéréotype. Être handicapé n’est pas un statut, être salarié l’est. Tadeo ne sert pas uniquement à compenser le handicap. Notre solution permet d’éviter une perte de valeur au sein même de l’entreprise du fait du manque de communication entre personnes sourdes et entendantes. Tadeo est donc également un outil de management et de performance: grâce à lui, l’entreprise dans sa totalité se met à communiquer et à inter-agir. C’est comme cela que l’on fait bouger les lignes. La solution technologique permet de contourner le handicap. C’est un outil managérial qui permet à l’entreprise d’accueillir toutes les compétences.

Ce qui est bien pour les personnes handicapées est donc bien pour tous?

Stéphane Rivière (Talenteo): Exactement. Le handicap est un champ d’innovation social infini. C’est une contrainte qui au lieu d’être un frein s’avère un formidable levier d’innovation. Tadeo intègre ses partenaires qui sont parties prenantes de l’entreprise, elle revitalise le Haut-Jura en créant de l’emploi et en travaillant main dans la main avec ce territoire. Je rêverais de pouvoir en faire autant dans ma région. C’est un véritable exemple!  Pierre Ricard et moi-même sommes des entrepreneurs, nous sortons d’un modèle « larmoyant » sur le handicap avec l’idée d’en faire trop ou pas assez. La question n’est pas là. Elle est plutôt de trouver des solutions efficaces pour tous, avec des modèles économiques durables.

Pierre Ricard (Tadeo): Chez Tadeo, nous disons que ce qui n’a pas de valeur, ne vaut rien. Nous proposons un service de qualité qui a de la valeur. Pour cela, nous devons aussi avoir une démarche innovante. Nous avons décidé d’implanter nos plate-formes téléphoniques sur des territoires avec des bassins d’emplois réduits. Quand nous créons 10/20/30 emplois de e-transcripteurs dans le Haut Jura, cela a un impact très important sur ce territoire, bien plus qu’en Île de France par exemple. Cela démontre que contrairement aux idées reçues, le handicap peut-être un facteur de développement économique qui profite à tous. Nous nous rejoignons avec Stéphane sur ces valeurs que nous nous efforçons de diffuser au plus grand nombre.

Affaires sensibles

Démocratie corinthiane : foot, bière et rock’n roll

00:00