301

A l’heure des Jeux Paralympiques où Marie Bochet rafle les médailles d’or, nous avons décidé de mettre un coup de projecteur sur cette athlète. Retour sur une interview en toute intimité.

Le mardi 25 juin 2013, une reportrice de la TalentéoTeam s’entraînait à Tignes avec Marie Bochet et l’équipe de France de ski alpin handisport. A l’époque, l’athlète était en pleine préparation pour Sotchi et allait passer le bac, qu’elle a réussi haut la main, mention bien. Tandis qu’elle dévale les pistes des Jeux Paralympiques et a remporté trois médailles d’or, retour sur son interview.

Photo portrait Marie BochetMarie Bochet, championne handisport, skieuse debout, a été très attendue pour les Jeux Paralympiques. Il y a quelques mois, elle nous parlait de Sotchi, du baccalauréat, de la suite de ses études et de la journée passée avec les deux gagnants d’un concours Tous Handisport. Marie, souriante et simple, est à l’image de l’équipe de France de ski handisport.
Marie, tu viens de passer le baccalauréat. Comment cela s’est-il passé?

Le bac s’est plutôt bien passé. Je vais attendre les résultats le 5 juillet mais je pense que je l’aurai. Je ne sais pas si j’arriverai à obtenir une mention. Avoir passé cet examen, c’est un soulagement, car cela fait plusieurs années qu’on nous en parle. Le bac était un objectif: c’est essentiel aujourd’hui et indispensable pour poursuivre des études. Je suis contente que cet examen soit fini. Je suis passée de l’objectif bac à l’objectif JO. Les jeux de Sotchi auront lieu en mars. Je viens de rattaquer le ski. Depuis deux jours, les conditions sont bonnes sur le glacier de Val d’Isère. Il y a beaucoup de neige. Le printemps pluvieux a été positif pour nous car il a neigé sur les hauteurs. Cela nous permettra d’avoir de bonnes conditions cet été pour s’entraîner.

Photo de Marie Bochet interviewée par Myriam Menneteau

 

Comment imagines-tu les jeux de Sotchi?

Je n’y ai pas vraiment encore beaucoup pensé. Je sais que je vais être attendue vu la saison que j’ai effectué l’année dernière, toute discipline confondue. Les médailles sont toujours un objectif. Les médailles d’or paralympiques, c’est l’apogée d’une carrière de skieur ou de sportif en général. Je vais forcément aller en chercher une et j’espère arriver à en atteindre une. Je vais tout faire pour réussir. Il faut toujours garder en tête qu’il s’agit d’une course d’un jour. Même si tu mets tout en place lors des entraînements d’été et d’automne, c’est toujours compliqué d’être présent ce jour-là. Rien ne te garantit d’être le meilleur à ce moment précis. L’incertitude est toujours présente. Mais je pense que si je travaille bien sur tout l’été et l’automne, il n’y a pas de raison que cela ne marche pas.

Comment est-ce que tu comptes gérer tes études par la suite?

Pour l’instant, j’ai du mal à réfléchir à tout ça car le post-bac arrivera au milieu de l’hiver. Je me suis inscrite en fac en première année de licence. Cela me permettra d’avoir autre chose à côté du ski. Je n’avais pas envie d’arrêter durant une année, car je pense qu’il aurait été difficile de reprendre les études après. J’ai choisi une licence en éco-gestion, on verra comment cela se passe. Mon objectif premier, cette année, reste les jeux.

Photo de Marie Bochet et Emilien

Tu es en partenariat avec la Société Générale qui a proposé un concours en lançant la page Facebook Tous Handisport. Emilien, non-voyant, et son père sont venus skier avec toi ce matin. Comment s’est passée cette matinée de ski?

C’était très agréable, j’ai trouvé cette idée de concours très sympa. On est toujours un peu plus détendu sur les premiers stages, donc c’était intéressant de proposer une rencontre sur un stage en juin. De plus, le ski en été est différent du ski en hiver. Peu de personnes connaissent le ski en juin. Participer à un stage d’été, cela permet de montrer que les athlètes s’entraînent toute l’année. Il n’y a que trois mois de l’année où l’on ne skie pas. Et encore, on skie souvent jusqu’à fin avril car les stations sont encore ouvertes, et on reprend l’entrainement fin juin. On a donc moins de trois mois de coupure. J’ai trouvé la matinée très sympa. Je suis montée un petit peu plus tôt pour m’entraîner. Je pense que j’ai réussi à passer du temps avec Emilien et son père. C’était intéressant de le rencontrer, il pourrait être une future recrue pour l’équipe! C’est une relève, et j’aime partager mon expérience et ma passion.

C’était une belle expérience pour Talentéo aussi. Marie, merci beaucoup pour ton interview. On te souhaite le meilleur pour Sotchi et bonne préparation!

Scoop! L’athlète présente sur Facebook, vient de créer un compte Twitter!

Qu’avez-vous pensé des résultats de Marie Bochet? Pensiez-vous qu’elle serait si performante, allant jusqu’à obtenir plusieurs médailles d’or? 

Partenariat

Partenariat

Affaires sensibles

Démocratie corinthiane : foot, bière et rock’n roll

00:00