Aujourd’hui, nous mettons sur le tapis 4 idées reçues sur la Reconnaissance de la Qualité de Travailleur Handicapé (RQTH) ! Alors que vous soyez concerné ou non, que vous deviez accueillir une personne en situation de handicap ou recrutez un collaborateur dans votre entreprise, petit retour sur les principaux préjugés !

Préjugé #1 : Une RQTH est trop compliquée à obtenir

En réalité, une demande de RQTH n’est pas si compliquée. Bien évidemment, si vous êtes allergique à l’administratif, il faudra vous armer de patience. Ainsi, pour faire votre demande RQTH, vous devez déposer votre dossier auprès de la Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH) de votre lieu de résidence.

Il faudra bien entendu vous munir d’un dossier assez important et compilant un certain nombre d’informations sur votre vie quotidienne. Néanmoins, la MDPH peut également vous aider et vous accompagner pour remplir votre dossier.

Par la suite, votre dossier est évalué par l’équipe pluridisciplinaire de la MDPH qui donnera des préconisations dans un plan personnalisé de compensation. C’est sur cette base que sera accordée ou non votre RQTH. Sachez cependant que celle-ci ne vous sera accordée que pour une durée déterminée. Vous devrez donc effectuer un renouvellement !

Préjugé #2 : Une personne concernée par un handicap invisible ne peut pas prétendre à une RQTH !

Sachez que cette affirmation est complétement fausse, surtout quand 80 % des handicaps sont invisibles. Ainsi, les douleurs chroniques, la dysphasie, la surdité ou encore une hernie discale peuvent vous permettre de prétendre à une RQTH !

Par ailleurs, moins de 1 % des personnes en situation de handicap sont en fauteuil. Ainsi, vous pouvez prétendre à une RQTH dès lors que vos possibilités d’obtenir ou de conserver un emploi sont réduites du fait de la dégradation de vos fonctions physiques, sensorielles, mentales ou même psychiques.

Préjugé #3 : La RQTH diminue les chances de trouver un emploi

Là encore, c’est faux ! Une RQTH ne signifie pas nécessairement que vous avez une inaptitude de travail, seulement que vous pouvez nécessiter un aménagement de poste. Bénéficier d’une RQTH peut ainsi vous permettre d’éviter d’être épuisé.

Par ailleurs, vous n’êtes pas obligé de la mentionner dans votre CV. En outre, les entreprises de plus de 20 salariés ont l’obligation d’embaucher au moins 6 % de travailleurs en situation de handicap.

Ainsi, dans certains cas, comme pour Mak, l’obtention de la RQTH a ouvert des portes ! Elle témoigne ainsi dans notre précédent article : « j’ai toujours refusé de faire une demande de Reconnaissance de Qualité de Travailleur Handicapé (RQTH). C’est mon médecin traitant qui m’a encouragé à la faire. Une fois obtenue, 6 mois après, j’ai trouvé un poste dans une grande entreprise ».

Préjugé #4 : La RQTH n’est pas utile

Là encore, vous vous trompez ! Pourquoi ? Parce que l’objectif de la RQTH est de faciliter l’insertion professionnelle mais aussi le maintien dans l’emploi. Grâce à celle-ci, vous pouvez disposer d’un aménagement au niveau de votre temps de travail, de votre poste ou encore un financement particulier pour certains de vos projets par l’Agefiph comme :

  • Projet de reconversion et bilan de compétences,
  • Création d’entreprises ou formation,
  • Acquisition de certains équipements spécifiques…

Vous avez encore des aprioris sur la RQTH et plus généralement les personnes en situation de handicap ? Nous vous conseillons de relire notre article Les Grenades qui vont dégoupiller les préjugés sur le handicap en entreprise ! Vous aussi, mettez en avant les préjugés que vous avez vus ou entendus sur nos réseaux !

Rencontrez un talent !

Partenariat

Partenariat

Affaires sensibles

Démocratie corinthiane : foot, bière et rock’n roll

00:00
Actuellement en live
En live !

Accéder au live