Partenariat
Initiatives
355

En partenariat avec AKKA

Nous vous parlons très souvent de la Mission Handikap d’AKKA, mais connaissez-vous les engagements de l’entreprise? Nous accueillons Stéphane Bourlon et Anne Chamarande dans nos pages pour qu’ils nous en disent plus sur le sujet!

 

Pouvez-vous présenter votre parcours ainsi que vos fonctions au sein d’AKKA?

Stéphane Bourlon: J’ai intégré la Mission Handikap du Groupe AKKA en septembre 2015 en qualité de Référent Handicap, dans le cadre d’un Master « Conseil en Ressources Humaines » en alternance. J’ai postulé sur le site de l’Agefiph puis Géraldine de Rességuier, la recruteuse dédiée aux candidats en situation de handicap du Groupe, m’a contacté. Aujourd’hui, je m’occupe des régions Île de France et Nord-ouest France.

Ma mission principale est d’assurer le bon déroulement de l’intégration et le maintien dans l’emploi des collaborateurs bénéficiaires de l’accord handicap. Cela passe par des aménagements comme des aides humaines ou matérielles.

En lien avec les services de santé au travail, j’accompagne une quarantaine de collaborateurs. J’appuie également les managers et les Responsables Ressources Humaines (RRH) de mes régions pour le suivi des travailleurs en situation de handicap.

En parallèle, je participe aux réunions de diverses associations telles que Tremplin ou le Club Être. Je participe aussi à divers événements et salons de recrutement spécialisés ainsi qu’à la promotion de la politique handicap. Cette année nous participons au Free Handi’se Trophy et je suis aussi un des 4 participants.
Anne Chamarande: Le premier accord d’AKKA arrive à son terme en décembre 2016 et nous débutons les négociations pour la signature du second. L’entreprise est fière du chemin parcouru durant les deux dernières années qui ont vu passer notre taux d’emploi direct de 0,7% à 1,95% fin 2015.

Aujourd’hui, nous souhaitons continuer à augmenter ce taux d’emploi direct comme indirect en sollicitant davantage le secteur adapté et protégé. Nous travaillons d’ailleurs avec des ESAT proposant divers services: impressions, entretiens des espaces verts, conciergeries, etc. L’objectif est que ces salariés soient en lien avec nos collaborateurs. Cela permet de briser les préjugés pouvant encore subsister sur le handicap.

D’ailleurs, en plus de nos salariés, d’autres sociétés peuvent bénéficier de la conciergerie. Nous souhaitons ainsi montrer l’attractivité et la notoriété que ce type d’entreprise peut générer.

Pour AKKA, le handicap c’est quoi?

A.C.: Le Groupe s’est approprié le sujet depuis 2009. A l’inverse de nombreuses autres entreprises, cette initiative provient directement de la direction générale qui est très sensible au sujet. Par la suite nous avons connu une forte implication des collaborateurs. Durant notre premier accord, ce sont 53 personnes en situation de handicap qui ont été recrutées sur un objectif de 60.

Nous souhaitons « normaliser » le sujet pour ne mettre en avant que les compétences. C’est pour cela que nous jouons en communication sur le « K » d’AKKA qui se retrouve sur le terme « handikap ».

Cette année, l’entreprise participe pour la première fois au Free Handi’se Trophy. Nous serons représentés par une équipe composée de 2 valides et de 2 personnes en situation de handicap. Dans celle-ci nous comptons aussi la participation de notre Directeur Général, notre Directeur des Ressources Humaines, et de nombreux autres membres du top management d’AKKA.

La sensibilisation au sein de l’entreprise passe par un travail de forte promotion en interne permettant d’avoir le degré d’implication de nos collaborateurs. Aujourd’hui nous pouvons dire que ce sujet n’est plus anxiogène.

Comment a évolué la Mission Handikap?

A.C.: La Mission Handikap, portée par Isabelle Dupuy, est devenue un vrai projet d’entreprise. Peu importe la région, c’est au niveau national que cela se joue. Notre ambition est de renforcer les équipes et nos engagements. Cela passe par la formation et l’information de nos collaborateurs.

Cette participation au Free Handi’se Trophy nous permettra de montrer concrètement le degré d’implication d’AKKA dans ces engagements. Si nous ne sommes pas une entreprise aussi grande que Carrefour, nous espérons faire mieux qu’eux, même si la barre est haute!

Suite à notre travail au quotidien, nous nous rendons compte que cette volonté d’inclusion reçoit le soutien de l’ensemble de nos collaborateurs. Le traitement du handicap est en adéquation avec nos valeurs.

Des actions sont-elles également menées sur le terrain?

A.C.: Nous proposons des cours de Langue des Signes Française (LSF) pour les salariés d’Île de France, de Toulouse et de la région sud. Nos collaborateurs sont de plus en plus nombreux à suivre ces formations.

Nous mettons à l’honneur le handicap sur notre challenge sportif « All Kup ». Nous avons aussi créé une application que nous continuons à mettre à jour « Handikap by AKKA », pour l’instant uniquement ouverte aux salariés.

AKKA est aussi porteur du projet Handinumérique et nous effectuons des actions de sensibilisation et d’information sous les couleurs du projet. Notre objectif est de montrer qu’il y a beaucoup d’emplois au sein d’un secteur d’activités très dynamique. Nous abordons toujours nos salons de recrutement de manière pédagogique. Même si les candidats ne correspondent pas à nos opportunités, nous essayons de les aider en les orientant et en leur donnant des conseils.

Aujourd’hui, nous recevons les félicitations de l’Agefiph pour l’ensemble de nos actions. C’est une belle réussite qui nous conforte dans nos engagements.

L’aménagement de poste est-il un frein pour l’intégration d’un collaborateur en situation de handicap?

S.B.: Tout dépend du handicap, de la personnalité du collaborateur et de son souhait ou non d’en parler. Dans la majorité des cas ce n’est pas un frein, nous sommes 3 référents faisant en sorte de préparer nos managers et nos RRH.

Avant l’arrivée du collaborateur dans l’entreprise, nous faisons une première action de sensibilisation pour que la personne se sente bien dès le début. Nous souhaitons ainsi dédramatiser la situation et ne pas stigmatiser le collaborateur. Cela permet au collaborateur de prendre ses fonctions dans les meilleures conditions et de s’intégrer naturellement au sein du Groupe.

Quel message souhaitez-vous passer à nos lecteurs hésitant encore à postuler dans votre entreprise?

S.B.: Nous ne recrutons pas une personne pour ses origines ou en fonction de son handicap mais pour ses compétences. Nous recrutons des talents avec une forte valeur ajoutée.

En tant que référent Mission Handikap et moi-même en situation de handicap, il est plus facile pour moi d’aborder le sujet avec les différents interlocuteurs et de les mettre en confiance. Nous pouvons en parler sans aucun tabou.

Partenariat

Partenariat

Affaires sensibles

Démocratie corinthiane : foot, bière et rock’n roll

00:00