83

Nous apprécions beaucoup les innovations technologiques qui facilitent le quotidien des personnes en situation de handicap et donnent de l’espoir. Découvrez les avancées récentes qui devraient faire la différence dans le traitement de certaines maladies. 

Moovcare Poumon

Le cancer du poumon provoque plus de 30 000 décès par an. Il est la première cause de mortalité pour un cancer en France. Afin d’améliorer la survie après les traitements anti-cancéreux subis, un logiciel de surveillance a été développé. Moovcare Poumon permet au patient de remplir un questionnaire hebdomadaire avec des paramètres : douleur, essoufflement, toux. En cas de réponses alarmantes, l’équipe médicale est prévenue et peut agir immédiatement.

Ainsi, l’utilisation de Moovcare Poumon a permis de faire gagner 7,6 mois de vie aux patients ayant été soignés pour un cancer du poumon. En parallèle, le contrôle avec un scanner trimestriel n’a permis qu’à un tiers des patients de survivre au cours de la même période.

Source : Moovcare

Un nouvel essai réussi pour un traitement contre le diabète de type 2

Une étude de Metavant a évalué la sécurité, la tolérance, le devenir dans l’organisme et l’action de l’Imeglimine chez des patients diabétiques de type 2 présentant une insuffisance rénale chronique (IRC) aux stades 3b/4.

L’Imeglimine est un médicament antidiabétique oral. Il agit simultanément sur les trois organes clés impliqués dans le diabète : le pancréas, le foie et les muscles. L’Imeglimine cible les deux principaux problèmes observés chez les patients diabétiques de type 2. Le premier, au niveau du pancréas, augmente la sécrétion d’insuline. Le second, dans les muscles et le foie, diminue la production excessive de glucose par le foie tout en augmentant l’efficacité de l’insuline dans les muscles.

La spécificité des diabétiques souffrant d’insuffisance rénale chronique

Pour les patients diabétiques souffrant d’insuffisance rénale chronique, il existe peu d’options thérapeutiques pour améliorer leur glycémie. De ce fait, la découverte de l‘Imeglimine, dont l’évaluation est en cours, est très prometteuse. Après une étude menée sur 28 jours, l’objectif est désormais de travailler sur la bonne posologie à administrer aux patients.

Ces résultats représentent une première étape clé dans la préparation d’un programme de phase III aux États-Unis et en Europe.

Source : Poxel Pharma

Des bactéries intestinales pour diagnostiquer la fibromyalgie

La fibromyalgie est une maladie chronique peu connue du secteur médical. Cependant, elle est reconnue par l’Assurance Maladie et par l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) depuis 1992. Au niveau des symptômes nous retrouvons des douleurs chroniques dans tout le corps, de la fatigue et des troubles du sommeil.

Des chercheurs scientifiques canadiens ont mis en évidence une corrélation entre ces douleurs chroniques et l’absence de certaines bactéries intestinales. Toutefois, à ce stade, ils ne peuvent établir avec certitude si ces bactéries intestinales sont des marqueurs de la maladie ou si elles jouent un rôle dans sa cause.

Cette découverte représenterait une grande avancée dans le processus de diagnostic. En effet, les personnes atteintes de cette pathologie restent en errance médicale parfois de nombreuses années.

Un nouveau test pour détecter le cancer

Un test respiratoire pourrait permettre de détecter l’apparition de centaines de maladies, dont certains cancers. C’est au Royaume-Uni que démarrent les essais. Ce test respiratoire, ressemblant à un éthylotest, détecterait en quelques minutes les produits chimiques contenus dans le souffle et en déduirait la maladie dont souffrirait la personne.

Cela pourrait donner lieu à une véritable révolution dans le traitement du cancer. En effet, lorsque le cancer est détecté très en amont, il a de fortes chances d’être guéri. Nous pouvons espérer une commercialisation d’ici deux ans environ.

Un nouveau traitement pour la maladie de Parkinson

La maladie de Parkinson touche 6,3 millions de personnes dans le monde. C’est un trouble neurologique dégénératif et évolutif. Un traitement existe visant à soulager et réduire les symptômes. Cependant, ce dernier ne permet pas d’arrêter la progression. Généralement diagnostiquée vers l’âge de 58 ans, la maladie de Parkinson affecte plus de 200 000 personnes en France. Le symptôme le plus connu est le tremblement, mais la maladie entraîne aussi une grande rigidité musculaire, une lenteur ainsi qu’une instabilité posturale.

Un enzyme à traiter :

Dans une étude parue dans le Journal of Biological Chemistry, des chercheurs américains ont découvert que le cytochrome CYP2D6, un enzyme présent dans le corps, pourrait conduire à un nouveau traitement efficace contre Parkinson.

Par ailleurs, en dehors des traitements médicamenteux proposés, la pratique régulière d’une activité physique soutenue limite les symptômes de la maladie de Parkinson, comme l’a souligné le professeur Jean-Michel Gracies, neurologue et spécialiste de médecine physique à Créteil.

En situation de handicap ou non, nul doute que ces découvertes vont aider de nombreuses vies au quotidien. Quelle innovation a retenu votre attention ? Dites-le nous sur nos plateformes sociales et n’hésitez pas à partager cet article !

Partenariat

Partenariat

Partenariat

Partenariat

Affaires sensibles

Démocratie corinthiane : foot, bière et rock’n roll

00:00
En live !

Accéder au live