2

Le 22 avril dernier, vous avez découvert le palmarès des Talentéo Awards 2021. Tous les vendredis du mois de Mai et Juin, la rédaction de Talentéo vous emmène à la rencontre des lauréats 2021. Après avoir découvert Zoé Viot, les Chefs ExtraordinairesDouble A, Be Together et Autour des Williams, place au prix du public : l’association Zicomatic ! Et pour cette nouvelle interview, Clément Dumon, président de l’association, s’est prêté à l’exercice en vidéo !

Ils ont enflammé les réseaux sociaux avec leur campagne de vote, l’association Zicomatic est lauréat 2021 du prix du public ! L’association, déjà connue des lecteurs de Talentéo, oeuvre au quotidien pour rendre, entre autre, la culture accessible au plus grand nombre. Concerts, exposition photo, sensibilisation scolaire, les actions de Zicomatic sont nombreuses !

Retranscription de la vidéo

Peux-tu te présenter ?

Je suis Clément Dumon, président de l’association Zicomatic. J’ai travaillé deux ans dans un foyer d’accueil médicalisé auprès d’adultes en situation de handicap. J’ai également travaillé dix ans au sein d’un centre mère enfant et je viens de passer six ans auprès de personnes qui vivaient dans la grande précarité. Aujourd’hui, je suis donc depuis 2006, année de création de l’association Zicomatic, le fondateur et le président.

Pourquoi avez-vous décidé de participer aux Talenteo Awards ?

On s’est dit que ce serait absolument incroyable d’essayer de remporter un prix, quel qu’il soit. On est très fiers d’être les premiers de ce concours qui est un concours national qui vient aussi valoriser les actions de notre association et qui nous ont permis de nous rendre compte, encore plus, que de nombreuses personnes croyaient dans notre projet. Et forcément, c’est quelque chose qui fait du bien.

Que retenez-vous de cette expérience ?

Que du positif, bien sûr, on remporte un prix. On ne peut qu’être satisfait et très fier et très heureux. On s’est dit qu’on allait jouer le plus possible le jeu de la communication par respect pour le prix, par respect pour le concours. Egalement en se disant que grâce au petit réseau que l’on a, on pouvait aussi valoriser les actions des autres.

C’est-à-dire que les gens qui venaient voter pour nous avaient aussi accès à d’autres votes et pouvaient aussi découvrir les autres projets. Et encore une fois, un grand bravo à tous ceux qui ont participé puisque les projets étaient absolument incroyables.

Peux-tu nous présenter l’association Zicomatic ?

En 2006, nous avons créé cette association parce qu’un jour, en tant qu’éducateur auprès de personnes en situation de handicap, des adultes très dépendants dans un foyer d’accueil médicalisé en Savoie, j’ai amené ma guitare. J’étais passionné, toujours d’ailleurs, de musique. J’adore ça. J’adore chanter, j’aime beaucoup jouer de la guitare et je me suis rendu compte que les personnes auprès de qui je travaillais et que j’accompagnais dans le quotidien avaient l’air heureuses. Il y avait des personnes qui avaient des yeux qui brillent. Certains avaient des corps qui bougeaient. Ils exprimaient de la joie, du plaisir et je me suis rendu compte que c’était peut être ça aussi à créer. C’était dire que grâce à la musique, on pouvait leur offrir du bonheur.

De fil en aiguille, on a créé un groupe de musique. Nous avons joué dans de très nombreuses structures pour des enfants et des adultes en situation de handicap, tous handicaps confondus. Au fur et à mesure, nous avons récolté des fonds. J’ai commencé à composer des chansons. Toutes les chansons, je les vend au profit intégralement de l’association. Je ne touche pas un centime. On a opté pour offrir des projets culturels pour des enfants et des adultes en situation de handicap.

On essaye de faire rentrer la culture dans de nombreuses structures. Nous permettons aussi à des personnes en situation de handicap d’accéder à la culture dite de droit commun, ce qui n’est pas toujours simple autour de l’accessibilité, entre autre. Autour des accessibilités je dirais même avec un s.

On a aussi la chance de pouvoir faire beaucoup de sensibilisation. J’interviens très régulièrement pour environ 2500-3000 élèves par an, du CP au BTS, et même parfois les grands enfants dans les entreprises. C’est un peu mon leitmotiv, mais je crois que, notamment par rapport aux enfants, ce sont eux, plus tard, qui vont porter un regard sur le handicap. C’est très important de parler des peurs, des représentations que l’on a, des choses absolument incroyables qui peuvent se passer aussi grâce à tout ça.

Et puis aussi, on a un festival inclusif et solidaire qui permet à des personnes en situation de handicap de partager la même scène que des artistes valides, reconnus, pas handicapés. En tout cas, je n’aime pas beaucoup cette notion de cases, avec cet objectif aussi, bien sûr, de récolter des fonds.

Et pour finir, une exposition de photos, deux mètres de haut, deux mètres de large, d’adultes et d’enfants en situation de handicap. Il y en a deux. Il y en a une qui tourne sur la région Auvergne-Rhône-Alpes et une qui tourne sur la France entière qui, en ce moment, se trouve sur la région parisienne. Avec cette idée de pouvoir sensibiliser au handicap, sensibiliser les gens à un regard.

On se dit qu’il y a trois personnes qui passent devant nos photos en se disant « waouh, ils sont en situation de handicap, mais ils sont beaux, ils ont l’air heureux, il est incroyable, ils arrivent à faire ça ». Toutes ces petites choses, je pense qu’on sème des graines de sensibilisation du grand public. C’est une expo qu’on met à disposition bénévolement, gratuitement. Donc, je vous invite à la recevoir si vous le souhaitez avec grand plaisir. N’hésitez pas à nous contacter.

Quelles sont les difficultés rencontrées ?

Le nerf de la guerre, l’argent. La difficulté d’aller chercher des fonds, c’est très compliqué. Chacun le sait. Qu’est ce qu’on a rencontré comme difficultés aussi ? La COVID. Cette période aurait pu être pour nous une difficulté. Je vais être très honnête. Ça n’a pas été. Il a fallu se réinventer. Notre festival, nous l’avons fait de façon connectée. On a eu la chance de pouvoir le faire dans un bus connecté, par exemple, pendant trois semaines, tous les jours. Il y avait un rendez vous avec des groupes de musique différents qui venaient jouer pour permettre aux personnes en situation de handicap ou personnes isolées, personnes hospitalisées aussi dans toute la France, de pouvoir profiter d’un joli moment.

Votre rêve le plus fou pour 2021 ?

Je vais être très honnête : rien ne nous arrête. On a de l’ambition. On a très envie de pouvoir aller offrir des projets encore plus fous pour des personnes en situation de handicap. Nous souhaitons valoriser encore plus l’image des personnes en situation de handicap. Sensibiliser les enfants, le grand public à au handicap au sens large.

Un dernier mot pour nos lecteurs ?

Déjà un grand merci à toutes les personnes qui ont voté. Ça nous touche énormément de voir qu’il y a des gens qui soutiennent notre projet. On en a besoin aussi. Ce n’est pas simple de se sentir parfois un peu seul dans la mise en place d’actions.

J’en profite pour vous rappeler qu’on a une adhésion à 10 euros. Et puis, on cherche des mécènes, on cherche des partenaires. N’hésitez pas à nous contacter !

Encore merci beaucoup à Talentéo de pouvoir nous permettre d’avoir une très jolie vitrine et un très joli label. Un très joli logo qui est celui de lauréat de ce concours. Pour nous, c’est une réelle fierté.

 

Les initiatives de l’association Zicomatic vous ont plu ? N’hésitez pas à la faire connaitre en partageant cet article autour de vous ! 

Nous vous donnons rendez-vous la semaine prochaine pour la dernière découverte du cru 2021 des Talentéo Awards !

Partenariat

Partenariat

Partenariat

Partenariat

Partenariat

Affaires sensibles

Démocratie corinthiane : foot, bière et rock’n roll

00:00
Actuellement en live
En live !

Accéder au live