284

Talentéo vous propose une nouvelle fois de vous attaquer à un sujet pouvant parfois paraître obscure: la Reconnaissance de Qualité de Travailleur Handicapé (RQTH). Nous vous avons déjà donné quelques conseils pour en parler au travail, sur votre C.V. et en entretien d’embauche. Il est temps d’aborder un outil qui nous est cher, les réseaux sociaux. Connexion en cours…

Ça y est, vous êtes sur LinkedIn, ZE réseau social professionnel! Un florilège de professionnels et d’opportunités s’offre à vous. Cependant, entre messages privés, publications et biographie, vous ne savez-pas à quel moment parler de votre handicap. Pas de panique, nous avons 4 conseils pour vous.

1/ N’en faîtes pas votre identité

Lorsque vous arrivez sur LinkedIn, celui-ci vous demande de remplir un certain nombre d’emplacements correspondants plus ou moins à votre C.V. Parcours scolaire, anciens postes, bénévolats, tout y passe… excepté la RQTH.

Faut-il par conséquent la mentionner sur son profil? Eh bien… Pas forcément. Concrètement, votre réseau et toute personne souhaitant le rejoindre n’a pas besoin de connaître votre situation de handicap à ce moment-là, excepté si elle fait le lien avec votre projet professionnel.

Dans ce cas précis, l’encart recommandé est la biographie dans laquelle vous allez parler de votre parcours en quelques lignes. Par exemple, plutôt que de mentionner directement votre RQTH, vous pouvez indiquer que c’est suite à une invalidité que vous vous êtes reconverti professionnellement. Veillez bien à ne pas vous étendre sur ce point et à préférer mettre en avant ce que vous a apporté ce changement de carrière.

Faîtes également le lien avec les compétences de votre précédent métier qui renforcent celles nécessitées par votre nouveau poste. En bref, orientez le sujet sur ce qui compte: vos savoir-faire. Votre profil n’en sera que plus attractif!

2/ Renseignez-vous sur l’appétence de l’entreprise

Vous souhaitez postuler à une opportunité professionnelle repérée sur LinkedIn? Très bonne idée, surtout que de nombreux recruteurs utilisent ce réseau social pour trouver de nouveaux talents. Cependant, la question se pose ici encore: à quel moment parler de sa RQTH? 

Cela dépend, surtout, de l’entreprise pour laquelle vous postulez. En effet, toutes n’ont pas forcément le même niveau de prise en compte du sujet. Ainsi, pour connaître le positionnement de votre société rêvée vérifiez avant tout son empreinte sur les réseaux sociaux et plus globalement sur le web.

A-t-elle une mission handicap? Organisent-elles des actions concrètes en faveur du handicap? Des collaborateurs en situation de handicap ont-ils témoigné? Qu’en disent-ils? Bien sûr, croisez vos sources afin de ne pas avoir une vision biaisée de la réalité. Pour cela, les moteurs de recherche et particulièrement Google, sont vos amis!

3/ Adaptez votre discours à votre interlocuteur

Une autre fonctionnalité très utilisée sur LinkedIn est le fameux « InMail » ou message privé. Celui-ci est un moyen vraiment très pratique d’engager la conversation avec un recruteur mais également un collaborateur d’entreprise.

Avant d’entamer un échange, nous vous recommandons de bien mesurer vos objectifs. Est-il pertinent de parler d’emblée de votre handicap et/ou de votre RQTH dans ce cadre? Votre interlocuteur est-il la personne la mieux placée pour recevoir cette information?

En effet, si vous souhaitez savoir si l’entreprise dans laquelle est employée la personne contactée recrute, il n’est peut-être pas nécessaire d’aborder le sujet. Par contre, si vous entrez en relation avec le ou la chargé(e) de Mission Handicap, n’hésitez-pas à l’évoquer. La question est comment? C’est ce que nous allons voir dans le dernier conseil!

4/ Mettez en avant des solutions et surtout vos compétences

Tous les voyants sont désormais au vert pour aborder votre handicap et votre RQTH sur LinkedIn, mais de quelle manière en parler?

Tout d’abord, ne mettez jamais en avant votre pathologie, celle-ci ne regarde que vous et les médecins qui vous suivent. Préférez plutôt aborder vos besoins notamment en termes d’aménagement de poste. Il est surtout important de rassurer vos interlocuteurs. Malheureusement, le handicap est un sujet encore trop méconnu et son évocation peut faire peur.

Ainsi, à la question « j’ai une sclérose en plaques, aménagerez-vous mon poste? » préférez « dans le cadre de mon handicap, j’ai simplement besoin d’obtenir des horaires flexibles et du télétravail, est-ce envisageable? »

Le plus important est, comme pour toute personne inscrite sur LinkedIn, de mettre en avant vos compétences et de montrer que celles-ci prévalent. 

Et vous, quels conseils donneriez-vous? N’hésitez-pas à débattre sur les réseaux sociaux!

Affaires sensibles

Démocratie corinthiane : foot, bière et rock’n roll

00:00