416

Quelles sont les opportunités d’alternances dans le milieu bancaire ? Comment y prendre part ? Quels aménagements sont possibles pour les personnes en situation de handicap ? Nous avons interrogé 2 alternantes de la Banque Populaire des Alpes qui nous en disent plus sur ce sujet !

La Banque Populaire des Alpes (BPA) c’est :

  • Une banque coopérative comptant 1650 collaborateurs répartis dans 178 agences
  • 8 départements : l’Ardèche, la Savoie, la Haute-Savoie, l’Ain, les Alpes de Haute-Provence, la Drome, l’Isère et les Hautes-Alpes
  • Plus de 250 collaborateurs rejoignant chaque année l’entreprise en CDI, CDD, alternance ou stage

Chaque année l’entreprise travaille en lien avec de nombreuses écoles pour dénicher ses futurs collaborateurs. En 2015 ce sont 48 étudiants qui ont rejoint l’entreprise en alternance. A l’issue de leurs contrats d’apprentissage ou de professionnalisation la BPA proposera à certains d’entre eux un CDD ou un CDI. Nous avons rencontré Amélie Goncalves et Coralie Venzal, alternantes au sein de l’entreprise.

Pouvez-vous vous présenter ainsi que votre parcours ?

Amélie Goncalves : J’ai 37 ans et suis reconnue travailleuse en situation de handicap depuis un accident de voiture en 2002. J’ai d’abord vécu en Guadeloupe où j’ai exercé le métier de technico-commerciale dans le bâtiment. Après mon accident je ne pensais pas pouvoir à nouveau exercer un métier de vente. J’ai été embauchée en logistique mais cela ne me plaisait pas : le face à face avec le client me manquait.

J’ai ensuite pris connaissance de la possibilité pour les personnes en situation de handicap d’être en alternance pour une reprise d’études. Cela m’a permis de renouer avec mes intérêts professionnels. Après l’obtention d’un BTS Management des Unités Commerciales (MUC), j’effectue une 3ème année de licence banque en alternance à la Banque Populaire des Alpes.

Coralie Venzal : Je suis en alternance à la Banque Populaire de Manosque sud. Après un bac scientifique je me suis lancée dans des études en biologie et en esthétique. J’avais déjà eu un premier contact avec le milieu bancaire grâce à des jobs étudiants. C’est lors de mon congé parental que j’ai réfléchi à mon projet professionnel et le domaine bancaire s’est très vite imposé. J’ai donc repris mes études dans le cadre d’un BTS Banque puis d’un Bachelor Banque et Finance.

Pourquoi avoir entrepris une alternance et pourquoi avoir choisi la Banque Populaire des Alpes ?

A.G. : Tout simplement par choix ! J’ai été auparavant Directrice d’agence immobilière et ce qui me plaisait c’est l’activité de conseil et le contact direct avec le client. A la BPA j’ai retrouvé cette dimension de relation directe malgré mon handicap.

J’ai rencontré Mme Hermitte au salon de l’emploi et du handicap qui se déroule sur la ville de Grenoble. A la suite de celui-ci j’ai d’ailleurs eu 4 propositions pour mon alternance mais c’est la BPA qui m’a boostée pour effectuer cette 3ème année de licence au sein d’une de leurs agences.

C.V. : L’alternance permet le cumul de l’expérience professionnelle et de la formation. Pour avoir moi-même été en formation continue auparavant, je peux dire que c’est un véritable plus de pouvoir directement allier théorie et pratique.

J’ai choisi la Banque Populaire des Alpes d’abord par recommandation de mon entourage et parce que je souhaitais découvrir une banque de proximité. Il y a un côté un peu familial à la BPA et c’est qui m’a tout de suite plu.

Comment s’est déroulée votre intégration ?

A.G. : Au mois de juin, en amont de mon arrivée officielle en agence, j’ai eu une journée d’intégration. Un ergothérapeute a passé la journée avec le chef d’agence et moi-même pour vérifier la compatibilité des locaux avec mon fauteuil. Je suis ensuite rentrée en poste le 1er septembre.

J’ai des collègues très à l’écoute qui m’aident beaucoup au quotidien. Si l’agence est accessible, ce n’est pas forcément le cas des alentours. C’est agréable de pouvoir compter sur eux lorsque mon handicap me limite dans mes déplacements. En résumé c’est une très bonne équipe tant sur le plan professionnel qu’humain.

C.V. : J’ai exercé dans les deux agences de la ville de Manosque et j’ai toujours été très bien accueillie. Lors de mon BTS j’ai occupé les fonctions d’attachée commerciale et j’ai été définitivement intégrée après une période d’essai d’un mois. Depuis la rentrée, je suis conseillère clientèle particuliers au sein de la seconde agence et comme pour la première mon intégration s’est très bien déroulée.

Quel est le rythme de votre alternance ? Quelles sont vos missions ?

A.G. : J’alterne entre l’IMT de Grenoble, qui dépend de Grenoble Ecole de Management, et la Banque Populaire des Alpes. Je suis chaque mois 3 semaines en entreprise et 1 semaine en formation. A l’heure actuelle je suis en phase d’apprentissage des produits clients au guichet, et dès que je me sens prête je pourrai évoluer sur de la relation client avec de la vente produit et du phoning.

L’année prochaine je veux continuer mes études pour un master en gestion de patrimoine toujours en alternance. J’espère pouvoir rester dans cette agence car cela serait plus facile pour moi tant d’un point de vue professionnel que pratique.

C.V. : Je suis présente 2 semaines sur 3 en agence. Mon cursus est complété par des formations qui se déroulent au siège de la BPA. Celles-ci portent sur l’accueil clientèle, la réglementation bancaire et la sécurité en agence. Elles sont un vrai plus pour appréhender l’entreprise.

Je suis principalement au contact des clients même si je n’ai pas de portefeuille attitré. Ma mission principale est d’aider mes collègues dans leurs tâches en effectuant pour eux des rendez-vous avec leurs clients. Je suis amenée à conseiller aussi bien sur de l’épargne, des crédits ou encore des assurances.

Quels conseils donneriez-vous à nos lecteurs hésitant à entreprendre une alternance dans le domaine bancaire ?

A.G. : Sachez que si vous êtes en situation de handicap vous pouvez entreprendre une alternance dans le cadre d’une reconversion professionnelle, et cela même si vous avez plus de 26 ans. Il n’y a pas de limite d’âge lorsque l’on est détenteur de la Reconnaissance de Qualité de Travailleur Handicapé (RQTH).

Il faut asseoir le fait d’être en situation de handicap pour avoir un rythme adapté et obtenir des aménagements. Il s’agit surtout de communiquer au maximum avec l’équipe qui vous accueille pour que personne n’ait de surprise et pour faire valoir ce que vous pouvez apporter de plus.

C.V. : N’hésitez-pas ! C’est une expérience très enrichissante qui vous permet une montée efficace en compétences. Faites attention à bien vous préparer : le rythme peut être très intensif car en plus de la présence en entreprise vous devez travailler vos cours.

Vous souhaitez devenir alternant(e) à la Banque Populaire des Alpes ? 

Partenariat

Partenariat

Affaires sensibles

Démocratie corinthiane : foot, bière et rock’n roll

00:00