262

Comme vous le savez, nous adorons les initiatives brisant les préjugés portés sur le handicap. Cette année, nous avons décidé de suivre le Commissariat à l’Energie Atomique (CEA) dans la préparation de son film qui sera en compétition à l’édition 2015 du festival « Regards Croisés ». Vous êtes prêt ? C’est parti !

Créé en 2009, le festival « Regards Croisés  » est rapidement devenu un rendez-vous incontournable du milieu du handicap. Aux commandes ? L’association Hippocampe, qui souhaite par ce biais :

  • Apporter un « coup de projecteur » aux personnes en situation de handicap.
  • Encourager et promouvoir la créativité d’un public singulier.
  • Permettre aux personnes en situation de handicap d’exprimer leur sensibilité en s’engageant dans un projet original.
  • Favoriser leur intégration et participer à la reconnaissance de leur talent.

Un beau programme que soutient le CEA qui nous propose de suivre en exclusivité et en coulisses la production du film qui sera présenté cette année lors de cette 7ème édition du festival.

Une image positive du handicap

C’est le crédo que s’est fixée la Mission Handicap du CEA en faisant appel à Master Studio pour réaliser ce court-métrage. « Nous voulons présenter le handicap comme un défi qui est très souvent relevé avec beaucoup d’énergie et de caractère ! Le handicap est un avantage pour la communauté comme nous le constatons chaque jour dans nos centres du CEA. » Déclare Catherine Orsi, responsable de la Mission Handicap du CEA.

En assistant à la précédente édition, l’équipe de tournage s’est déjà imprégnée des valeurs du festival. Nous avons rencontré Leopoldo Rossano, Producteur Exécutif de ce film à venir.

Quel est votre parcours cinématographique ? Le sujet du handicap en entreprise est-il inédit pour vous ?

Mon parcours cinématographique est principalement lié à mes activités dans la production de musique, édition musicales et organisation de grands événements de spectacle. Des actions que je mène depuis 1994. Dans ce domaine, la production de vidéos musicales et promotionnelles a depuis longtemps une grande importance et en est l‘un des éléments fondamentaux.

En plus de cela, une autre pierre angulaire de l’entreprise est la production de musique pour le cinéma et la télévision. D’ailleurs, nous allons tout juste finir la bande originale du film « L’exil de l’Aigle », portant sur l’exil de Napoléon à l’île d’Elbe. Un film qui sera probablement distribué prochainement en France.

Depuis 1995, je me suis aussi occupé de la production pour la communication d’entreprises et la publicité en collaboration avec des agences italiennes, européennes et américaines. J’ai achevé plusieurs projets notamment pour Toyota Lexus, Nestlé, Vodafone, et d’autres groupes dans divers secteurs du marché.

C’est cet ensemble varié d’activités qui m’a conduit à développer des collaborations avec des collègues dirigeants d’entreprises situés principalement dans l’industrie cinématographique. Il a été naturel, au cours du temps, de créer des relations stables et continues avec ces derniers.

Ma relation avec le handicap, comme ma présence en France, a des racines essentiellement personnelles. J’ai l’impression qu’ici la question du handicap en matière d’emploi soit extrêmement développée que ce soit pour l’administration ou les implications sociales positives. Une situation très différente et, à mon avis, plus avancée que celle de mon pays.

La rencontre fortuite avec des gens très actifs et pleins d’enthousiasme tels que Marc Samaille et Sandrine Ligonès – de la Mission Handicap du CEA de Grenoble – ou encore Catherine Orsi – de la Mission Handicap nationale du CEA à la DRHRS – a permis de construire de solides collaborations. De ce point de départ, sont nés différents projets et idées, y compris le projet de réalisation d’un film avec l’intention de changer le regard sur le handicap.

Ensuite, il a été naturel pour moi de partager ces idées avec certains de mes collaborateurs habituels italiens et français : j’y ai trouvé des accueils enthousiastes et des implications profondes en raison d’histoires personnelles.

Quel est l’angle d’approche envisagé pour ce film ? Comment sont sélectionnés les comédiens ?

Comme je le disais, le point de départ est notre volonté d’offrir un nouveau regard, plus moderne et dynamique, sur le handicap. Souvent la filmographie sur ce sujet, en particulier dans la communication, présente des clichés qui datent. Ces réalisations correspondent peu à la situation actuelle. La plupart n’offrent aucune perspective réelle du vécu des personnes en situation de handicap et de leurs proches.

Malgré tout ce thème, grâce à quelques films à grands succès, commence à être abordé auprès du grand public avec une approche différente et plus positive. Notre intention est de prendre cette direction. Nous allons nous concentrer sur la réalité d’un grand nombre de personnes qui, tout en faisant face aux importants enjeux de l’invalidité, ont dépassé leur handicap. Les vrais protagonistes sont les personnes qui construisent leurs propres succès dans leurs vies personnelles et professionnelles. Tout cela autour de différentes histoires caractérisées par la volonté d’accomplissement et l’énergie.

Y aura-t-il des invités connus de la scène française ?

On a beaucoup réfléchi sur la forme, sur les contenus à offrir dans le film et sur la possibilité d’avoir des personnes connues. Celles-ci pourraient être un exemple un exemple de la façon dont la réussite est en fonction de sa propre capacité à créer construire son propre avenir.

Je peux dire que nous avons proposé le projet à des personnalités bien connues de la scène française.

Ce court-métrage est-il exclusivement réalisé pour le festival « Regards Croisés » ? Quel sera son parcours ?

Il sera d’abord présent au festival « Regards Croisés  ». Ayant eu l’occasion d’assister à l’édition précédente, j’y ai trouvé une excellente organisation, un niveau technique et artistique très élevé et des thèmes extrêmement intéressants.

Mais, plus que cela, une participation réelle et partagée, un environnement de grande vivacité et un grand intérêt mutuel entre les participants. Ce festival est un endroit idéal et très prestigieux pour la présentation d’un film sur le thème du handicap.

Nous voulons aussi diffuser autant que possible ce projet qui, je le répète, veut vraiment être destiné à tous, et pas seulement à ceux qui, pour des raisons personnelles ou professionnelles sont concernés par le handicap.

Le but est de changer le regard sur le sujet et de montrer la réalité, dynamique et active, vécue par un nombre croissant de personnes qui dans leur vie ont accepté et gagné le défi contre le handicap. C’est pour tout cela que cet exemple d’énergie et de vitalité ne peut pas être limité à ce domaine. Il représente l’illustration des ressources et des capacités que l’homme a pour agir sur la réalité et pour améliorer son quotidien.

Que pensez-vous de ce projet ? 

Le CEA recrute ! Rendez-vous sur leur page du réseau Talentéo :
Bouton Rencontrez l'entreprise

Partenariat

Partenariat

Partenariat

Affaires sensibles

Démocratie corinthiane : foot, bière et rock’n roll

00:00
En live !

Accéder au live