Le plus consulté
Conseils Emploi

Qu’est-ce que le handicap ? Qu’en est-il des handicaps invisibles ?  Loin des préjugés nous vous proposons d’en savoir plus sur un sujet parfois encore méconnu. Vous êtes prêt ? C’est parti !

Le handicap c’est quoi ?

En France ce sont plus de 6 millions de personnes qui sont atteintes d’un handicap. A l’origine, ce terme qualifiait une compensation dans le cadre d’un troc. Ainsi « hand in cap » désignait un ajout que l’une des parties devait effectuer pour équilibrer un échange. Au 18e siècle le terme s’est contracté pour être utilisé en sport et notamment dans les courses hippiques. Il y qualifie les difficultés supplémentaires données aux adversaires d’un concurrent désavantagé.

Vous avez pu le constater : dès l’apparition de ce terme, le handicap est désigné comme un désavantage compensable. Si cette définition est toujours valable, il est important de ne pas parler « du handicap » mais « des handicaps ». Ces derniers possèdent chacun leurs spécificités et nécessitent plus ou moins d’aménagements dans le milieu professionnel.

En France, 2 lois ont été fondamentales pour la reconnaissance du handicap. Celle de 1975 a marqué un premier encadrement par l’Etat de l’orientation et de la formation des personnes en situation de handicap. De son côté, celle de 2005 a été la première à imposer l’accessibilité professionnelle à tous ! C’est notamment avec elle qu’est arrivée la Reconnaissance en Qualité de Travailleur Handicapé (RQTH)

Si l’accueil d’un collaborateur en situation de handicap peut sembler compliqué, dans les faits il s’agit souvent d’ouvrir le dialogue, d’informer et de sensibiliser. L’objectif ? Mettre en place les aménagements les plus appropriés pour que seules les compétences comptent.

Informer et sensibiliser pour que seules les compétences comptent !

Vous avez dit invisible ?

80 % des handicaps sont invisibles… Cela ne veut pas dire qu’ils sont négligeables mais plutôt qu’ils sont indétectables uniquement si la personne concernée souhaite en parler.

Les handicaps invisibles peuvent être de plusieurs types, par exemple :

  • Les maladies chroniques et/ou invalidantes telles que le diabète, le cancer, la sclérose en plaques ou encore certaines maladies rares. Ces pathologies peuvent se manifester par intermittence. Une bonne communication avec la personne concernée est essentielle pour son intégration professionnelle.
  • Les troubles cognitifs, qui concentrent notamment les troubles « Dys », dysphasie, dyspraxie, dyslexie, etc. Ces handicaps sont trop souvent confondus avec la maladresse ou dans certains cas la déficience intellectuelle. Loin de ces préjugés, les personnes en situation de handicap cognitif sont souvent de véritables atouts pour le milieu professionnel.
  • Les handicaps psychiques dont font partie les troubles phobiques, la dépression ou encore la schizophrénie. La spécificité de cette catégorie est son aspect situationnel : la manifestation de ces troubles dépend de l’environnement dans lequel évolue la personne qui en est atteinte. Il est important d’être attentif aux signaux que peut renvoyer un collaborateur pour proposer des solutions.
  • Les handicaps sensoriels, qui incluent notamment la déficience visuelle, la surdité ou encore l’anosmie. Ceux-ci nécessitent généralement une adaptation du poste de travail. De nombreuses solutions technologiques existent pour un travail en toute autonomie.

En définitive il n’y a pas 1 mais des handicaps invisibles avec chacun ses spécificités. D’ailleurs, nous pouvons tous en être touchés à un moment de notre vie. En effet, 85 % des handicaps sont acquis au cours de la vie. La meilleure clé pour appréhender le sujet est l’information  : il faut toujours garder à l’esprit que, handicap ou non, seules les compétences comptent !

 

Focus sur un handicap invisible : le Syndrome Ehlers-Danlos

Le Syndrome Ehlers-Danlos est un ensemble de pathologies qui regroupe des maladies génétiques rares atteignant le collagène. Le manque de cette protéine provoque une hyper élasticité des tendons qui entraine de fortes douleurs quotidiennes. Ces dernières s’intensifient lors de crises dont la durée peut s’étendre d’un jour à plusieurs mois. C’est pendant ces crises, qui peuvent se déclencher à tout moment, que la personne peut avoir besoin de son fauteuil. Il est important de souligner que les personnes atteintes d’un handicap moteur représentent 3% de la population française : absence de fauteuil n’est donc pas synonyme d’absence de handicap !

Ce handicap fait partie des maladies chroniques invalidantes au même titre que la sclérose en plaques ou le diabète. Dans le milieu professionnel, une bonne communication est essentielle pour mettre en place des aménagements adéquats (accessibilité, rythme de travail, aménagement du poste, etc.).

Vous êtes en situation de handicap invisible ? N’hésitez pas à nous proposer vos témoignages en nous contactant sur Facebook, LinkedIn, Twitter ou Instagram ! Et surtout restez connecté sur nos plateformes sociales pour toujours plus de conseil sur le handicap et l’emploi !

Affaires sensibles

Démocratie corinthiane : foot, bière et rock’n roll

00:00
Actuellement en live
En live !

Accéder au live